Bourse Zurich: dans le rouge pour la dernière séance de la semaine

La Bourse suisse a poursuivi vendredi sur la lancée négative des deux séances précédentes et terminé nettement dans le rouge. Le SMI a fini en recul de 0,75% à 12.525,63 points.

Keystone
Logitech (+1,4%) précède Roche (+0,8%) et AMS Osram (+0,4%) sur le podium du jour. Swisscom (+0,3%), Adecco et Alcon (chacun +0,1%) complètent le petit groupe des gagnants.

Le SMI a inscrit vendredi son plus bas du jour juste après l'ouverture et la tentative de remontée de matinée sera restée sans lendemain, tout comme celle de l'après-midi.

A New York, Wall Street cédait du terrain en matinée. Les investisseurs étaient contrariés par un mauvais chiffre des ventes de détail en décembre aux Etats-Unis, chiffres qui relancent le débat sur la politique monétaire de la Réserve fédérale.

«Des ventes de détail de cet acabit remettent en question la perspective de quatre hausses de taux en 2022», scénario central du marché pour l'instant, selon Jamie Cox, associé gérant chez Harris Financial Group.

«Je ne pense pas que ça va changer l'attitude de la Fed», a, au contraire, avancé Karl Haeling, de la banque LBBW. «Il faudrait un ralentissement vraiment marqué de la croissance» pour cela, a-t-il ajouté.

Le SMI a fini en recul de 0,75% à 12.525,63 points, avec un plus bas à 12.506,58 en ouverture et un plus haut à 12.596,43 peu avant 16 heures.

Le SMI a fini en recul de 0,75% à 12.525,63 points, avec un plus bas à 12.506,58 en ouverture et un plus haut à 12.596,43 peu avant 16 heures. Le SLI a cédé 1,12% à 2006,64 points et le SPI 0,89% à 15.882,36 points. Sur les 30 valeurs vedettes, 23 ont reculé, six avancé et Vifor a fini stable.

Logitech (+1,4%) précède Roche (+0,8%) et AMS Osram (+0,4%) sur le podium du jour. Swisscom (+0,3%), Adecco et Alcon (chacun +0,1%) complètent le petit groupe des gagnants.

Novartis (-0,2%) et Nestlé (-0,5%) ont fait mieux que l'indice mais n'ont pas échappé à la tendance.

Morgan Stanley a relevé l'objectif de cours de Roche et confirmé «equal weight». L'attention des actionnaires se concentre sur le déploiement commercial des nouveaux produits, ainsi que sur une éventuelle extension d'indication pour le tiragolumab au-delà du cancer du poumon, ont relevé les analystes.

La banque américaine a rétrogradé Novartis à «equal weight» de «overweight» et réduit l'objectif de cours. L'analyste estime que les primes de risque des concurrents sont meilleures notamment à cause de l'absence de catalyseurs potentiels au 1er semestre de cette année.

Sika (-4,1%) a terminé lanterne rouge, derrière Kuehne+Nagel (-3,7%) et Givaudan (-3,5%).

Après les premiers chiffres dévoilés cette semaine, Deutsche Bank a relevé l'objectif de cours du chimiste de la construction et confirmé «buy». L'analyste anticipe une poursuite pendant plusieurs années encore de la tendance favorable dans les infrastructures et la rénovation. L'attention portée à la durabilité constitue à cet égard une incitation d'une ampleur sans précédent.

Au lendemain de ses premiers chiffres de Partners Group (-1,7%), Goldman Sachs a relevé l'objectif de cours et confirmé «buy». L'évolution des avoirs sous gestion a fortement impressionné l'analyste, tout comme les perspectives présentées par la société. L'experte a relevé ses propres projections pour les commissions de performances et pour le bénéfice par action en 2022.

Sonova (-2,8%) avait annoncé la veille l'acquisition d'Alpaca Audiology, un des plus importants distributeurs d'aides auditives aux Etats-Unis, pour un montant de 310 millions de dollars. Dans la foulée, Mirabaud Securities a relevé l'objectif de cours et confirmé «buy». La transaction permet au groupe de Stäfa de multiplier par deux sa présence dans le commerce de détail aux Etats-Unis.

Après les chiffres de JPMorgan (bénéfice net 2021 record à 48,3 milliards de dollars) et de Citigroup (bénéfice de 22 milliards de dollars), les bancaires Credit Suisse (-0,4%), UBS (-0,7%) et Julius Baer (-1,4%) n'ont pas fait d'étincelles.

Sur le marché élargi, Zehnder (-2,1%) a vu ses ventes progresser en 2021, ces dernières restant cependant inférieures aux attentes des analystes. Le fabricant argovien de solutions de climatisation et d'aération, qui a souffert en seconde partie d'année des goulets d'étranglements dans sa chaîne d'approvisionnement, a toutefois confirmé son objectif annuel de rentabilité.

CPH (-3,2%) a averti qu'une dépréciation exceptionnelle de ses installations de production de papier, à hauteur de 150 millions de francs, a pesé sur son résultat net l'an dernier.

Le groupe saint-gallois Inficon (-3,4%) prévoit un chiffre d'affaires en hausse de 29% à 515 millions de dollars en 2021 (données provisoires). En 2020, l'entreprise avait réalisé un chiffre d'affaires de 397,8 millions de dollars. Les chiffres définitifs tomberont le 3 mars prochain.

Relief Therapeutics (-4,1%) estime «diffamatoires» toute une série d'accusations contenues dans une contre-plainte publiée par Nrx la veille. Relief assure notamment avoir rempli ses obligations financières envers Nrx et balaie les prétentions de dédommagement à hauteur de 185 millions de dollars articulées par ce dernier. (AWP)

Commentaires

Les articles suivants pourraient aussi vous intéresser