Bourse suisse: le SMI échoue dans sa tentative de rebond et clôture au plus bas de l'année

Le SMI a fini en recul de 0,23% à 10'451,31 points, plus bas à 10'424,81 et plus haut à 10'592,15. Le SLI a cédé 0,19% à 1610,38 points et le SPI n'a abandonné que 0,02% à 13'460,41 points.

Temenos (4,2+%) a terminé sur la plus haute marche du podium devant AMS Osram (+3,1%) et Straumann (+2,5%).

La Bourse suisse a terminé sur une note négative vendredi. Après une hésitation initiale, le SMI s'est installé dans le vert et a effleuré la barre des 10'600 points en matinée, avant de reperdre petit à petit son élan et de se retrouver dans le rouge et sous les 10'500 points en milieu d'après-midi. Un retour au vert juste après l'ouverture de Wall Street est resté sans lendemain et l'indice a même inscrit un nouveau plus bas de l'année.


A New York, Wall Street était passée au rouge en matinée au lendemain d'une importante baisse. Plusieurs indicateurs sont venus confirmer le ralentissement de l'économie américaine et empêchaient un rebond du marché.

"On cherche un rebond, mais il faut s'attendre à beaucoup de volatilité, parce que c'est le dernier jour des options" pour le mois de juin, ces produits financiers qui permettent de parier, à la hausse ou à la baisse, sur l'évolution des indices ou des actions, a expliqué Peter Cardillo de Spartan Capital Securities.

Après une séance qui a vu jeudi le Dow Jones finir à son plus bas niveau depuis près de 18 mois, Wall Street peinait à repartir de l'avant, le semblant d'élan douché par plusieurs mauvais chiffres publiés vendredi: la production industrielle n'a ainsi progressé que de 0,2% en mai par rapport à avril, soit moins que les 0,5% attendus par les économistes.

Autre déception, le taux d'utilisation des capacités de production n'a que très modestement augmenté, à 79,0% (78,9% en avril), contre 79,3% attendu.

Le tableau a encore été noirci par l'enquête de l'institut Conference Board, qui a révélé que 76% des 750 patrons interrogés considéraient soit qu'une récession se profilait à l'horizon, soit qu'elle était déjà effective.


Le SMI a fini en recul de 0,23% à 10'451,31 points, avec un plus bas à 10'424,81 et un plus haut à 10'592,15. Le SLI a cédé 0,19% à 1610,38 points et le SPI n'a abandonné que 0,02% à 13'460,41 points. Sur les 30 valeurs vedettes, 16 ont reculé et 14 avancé.

Temenos (4,2+%) a terminé sur la plus haute marche du podium devant AMS Osram (+3,1%) et Straumann (+2,5%).

Credit Suisse (+2,0%) et Julius Bär (+0,7%) ont aussi fini dans le vert, alors qu'UBS (-0,6%) a perdu du terrain.

La banque aux deux voiles fait l'objet d'une procédure de la part de la justice genevoise et celle-ci pourrait déboucher sur une accusation de blanchiment.

Dans le camp des poids lourds, Nestlé (+0,1%) a légèrement progressé et Roche (-0,1%) et Novartis (-0,2%) légèrement reculé.

La demande d'homologation de Sandoz, filiale de génériques de Novartis, pour la formulation à haute concentration (100 mg/ml) de son biosimilaire Hyrimoz (adalimumab) a été acceptée pour examen par l'Agence européenne des médicaments (EMA). La demande inclut "toutes les indications couvertes par le médicament de référence", notamment la polyarthrite rhumatoïde, la maladie de Crohn, la colite ulcéreuse, le psoriasis en plaques et l'uvéite.

Le spécialiste des techniques sanitaires Geberit (+1,3%) a finalisé son programme de rachat d'actions initié en septembre 2020. Dans ce cadre, l'entreprise a racheté quelque 826'251 titres pour un montant de 500 millions de francs, ce qui correspond à 2,3% du capital-actions. Un nouveau programme portant sur 650 millions de francs sera lancé le 20 juin.

Côté perdants, ABB (-2,5%) a fini lanterne rouge derrière Swatch (-2,4%) et Sonova (-2,0% ou 5,60 francs, hors dividende de 4,40 francs). Richemont (-1,9%) n'a guère fait mieux que son concurrent biennois.

Sur le marché élargi, le laboratoire rhénan Basilea (+9,5%) a perçu de la part de son partenaire de distribution Pfizer un versement d'étape de 1,25 million de dollars, dans le sillage du franchissement d'un jalon commercial sur l'antifongique Cresemba.

Le spécialiste genevois de la santé féminine et reproductive Obseva (+1,5%) a obtenu un feu vert européen pour son Yselty contre le fibrome utérin.

L'expert plan-les-ouatien des modulateurs allostériques Addex (-48,2%) a été contraint d'interrompre son principal programme clinique en raison de difficultés dans le recrutement de patients. Baader Helvea a subséquemment recalé le titre à "sell" et sabré l'objectif de cours. (awp)

Commentaires