Bourse suisse: en reprise sur la fin, les indices finissent en recul

Le SMI a fini en recul de 0,41% à 11'506,13 points, avec un plus bas à 11'288,02 et un plus haut à 11'548,93. Le SLI a cédé 0,32% à 1780,77 points et le SPI 0,41% à 14'781,05 points.

keystone
Sur les 30 valeurs vedettes, 17 ont reculé et 13 avancé.Kühne+Nagel (+2,0%) a terminé sur le plus haute marche du podium devant Givaudan et Zurich (chacun +1,5%) et Swisscom (+0,8%).

La Bourse suisse bouclé dans le rouge jeudi. Dans un premier temps, le SMI a chuté sous la barre des 11'300 points en début de séance. Il a ensuite évolué autour de ce niveau en matinée, puis s'est repris dans l'après-midi, repassant même et terminant juste au-dessus des 11'500 points.


A New York, Wall Street s'était mis à évoluer en ordre dispersé après une ouverture négative au lendemain d'une mauvaise séance.

Les investisseurs étaient toujours préoccupés par l'inflation persistante aux Etats-Unis qui pourrait déboucher sur une récession avec le resserrement de la politique monétaire de la Réserve fédérale américaine.

L'indice américain des prix à la production (PPI) pour avril montre que les prix de gros ont un peu ralenti à 0,5% sur le mois mais sont encore hausse de 11% sur un an. Ce chiffre suit celui de l'indice des prix à la consommation publié mercredi (CPI) qui s'est établi à 8,3% sur un an, ralentissant un peu mais restant obstinément proche de son plus haut niveau en 40 ans.

"Ces données vont encourager la Fed à relever les taux rapidement", a conclu Rubeeela Farooqi, économiste en chef pour HFE.

"Le marché boursier est assiégé cette année par une foule de problèmes importants", a expliqué dans une note Patrick O'Hare de Briefing.com. Il cite "la hausse des taux d'intérêt, le changement de cap de la Fed, l'invasion de l'Ukraine par la Russie, la persistance d'une inflation élevée, les goulots d'étranglement de la chaîne d'approvisionnement (...) et la politique de tolérance zéro de la Chine contre le Covid".



Le SMI a fini en recul de 0,41% à 11'506,13 points, avec un plus bas à 11'288,02 et un plus haut à 11'548,93. Le SLI a cédé 0,32% à 1780,77 points et le SPI 0,41% à 14'781,05 points. Sur les 30 valeurs vedettes, 17 ont reculé et 13 avancé.


Kühne+Nagel (+2,0%) a terminé sur le plus haute marche du podium devant Givaudan et Zurich (chacun +1,5%) et Swisscom (+0,8%).

L'assureur zurichois a présenté une performance trimestrielle nettement plus porteuse qu'escompté, grâce notamment à un ajustement de ses tarifs et des gains au niveau de la clientèle. La direction s'attend à dépasser tous ses objectifs financiers pour 2022. Dans la foulée, JPMorgan a relevé l'objectif de cours et confirmé "overweight". Swisscom a certainement profité de son caractère défensif, qui a longtemps été le seul gagnant avec Zurich.



Dans le camp des poids lourds, Novartis (+0,6%) a soutenu l'indice, alors que Nestlé (-0,1%) a légèrement reculé et que Roche (-2,3%) a encore fortement baissé, qui avait plongé après un cuisant échec clinique en oncologie.

Les plus gros perdants du jour sont Sonova (-3,9%), Richemont (-2,4%) et Roche.

Swatch (-0,5%) a mieux résisté que son concurrent genevois.

Les bancaires Credit Suisse (-0,8%), UBS (-2,2%) et Julius Bär (-1,4%) n'ont guère brillé.

La banque aux deux voiles a indiqué que 15 demandes de dédommagements des assurances pour deux fonds liés à Greensill ont été désormais déposées, contre 14 un mois plus tôt. Cela correspondant à une exposition de sa division de gestion d'actifs (CSAM) d'environ 2,05 milliards de dollars.

Holcim (-0,8%) compte racheter le polonais Izolbet, qui viendra étoffer son segment dévolu aux solutions et produits pour la construction. L'opération, dont le montant n'est pas précisé, doit être bouclée au second semestre.

Sur le marché élargi, le biochimiste des édulcorants et anti-moustiques Evolva (-8,1%) a trouvé un distributeur pour un produit au Brésil.

Après avoir surfé sur la vague des cryptodevises l'année dernière, la banque en ligne Swissquote (-1,5%) risque désormais de boire la tasse. Avec le récent effondrement du marché exacerbé par les craintes inflationnistes, la pression baissière a encore augmenté d'un cran et on peine à voir le bout du tunnel, selon des observateurs.

Zur Rose (+9,7%) a profité d'une recommandation à l'achat émise par Baader Helvea. L'analyste a relevé que la visibilité s'est améliorée concernant l'introduction d'ordonnance électronique en Allemagne, qui pourrait donner une forte impulsion du pharmacien en ligne.

Flughafen Zürich (+0,1%) n'a pas encore retrouvé son altitude de croisière d'avant la crise en avril, nonobstant un net rétablissement. Un tiers des passagers manque encore par rapport à la période d'avant la pandémie de coronavirus. (awp)

Commentaires