Abonnés

L’inflation n’est pas encore vénéneuse, mais elle prend une forme qui inquiète

L’indice des prix à la consommation américain a atteint un nouveau sommet. Les dirigeants tablent sur une phase de transition, mais certains acteurs lancent l’alerte.

Keystone
Dans les économies développées, ce sont les Etats-Unis qui connaissent la plus vive hausse de prix à la consommation, de l’ordre de 5% en mai en rythme annuel. Mais même en Europe, l’inflation se fait sentir. La Suisse, elle, est sortie d’une situation de recul des prix.
Plus 5%. Telle est la progression en mai de l’indice des prix à la consommation américain (CPI) en rythme annualisé. Il s’agit du taux d’inflation le plus élevé depuis août 2008 (5,4%). La hausse des prix hors alimentation et énergie a été de 3,8%, soit la plus forte accélération depuis 1992.Les prix grimpent aux Etats-Unis, mais cela n’a pas l’air d’inquiéter les opérateurs financiers. Les marchés actions et obligataires ont réagi sereinement à ces chiffres. Ils ne sont pas envahis par des c...

Vous devez avoir un compte utilisateur pour lire cet article