Article contributeur

Les bénéficiaires indirects de la levée des restrictions offrent un profil attrayant

Même si la reprise post-Covid semble fragile, l’assouplissement des mesures sanitaires semble rester au premier plan. A quelles actions cela peut-il profiter?

L’été 2021 s’annonce mitigé. Les campagnes de vaccination battent leur plein dans les marchés développés, permettant l’assouplissement de la plupart des mesures sanitaires. Sur les marchés boursiers, en ce début d’année, les bénéficiaires de la réouverture ont largement été portés par la hausse.

La confiance n’est toutefois pas intacte. Le variant Delta, qui se propage beaucoup plus rapidement que les souches précédentes du virus, a déjà contraint certains pays à rétablir les mesures préventives de manière très localisée. Une course difficile entre les progrès de la vaccination et la propagation des variants a été lancée. Pour l’instant, et même si la situation reste fragile, la réouverture progressive de l’économie semble toujours être au premier plan de l’agenda politique. Quelles actions pourraient encore en bénéficier?

Les gagnants évidents: la fin des restrictions liées au Covid-19 favorise les entreprises à des degrés divers. Les grands gagnants de la réouverture de l’’économie sont, bien sûr, les grands perdants des restrictions de mobilité qui étaient en place auparavant. Les gains les plus importants après la fin des blocages se trouveraient ainsi dans des secteurs tels que l’aviation, la vente au détail, les voyages et loisirs (y compris les restaurants/restauration). Dans ces secteurs, un retour aux niveaux d’avant crise est possible, et dans certains cas, on constate même un rattrapage des comportements de consommation. Les entreprises qui sortent plus fortes de la crise, comme la plateforme de réservation américaine Booking.com, pourraient encore étendre leur position sur le marché.

Les bénéficiaires indirects et les gagnants cachés: les entreprises qui bénéficient indirectement des mesures d’assouplissement devraient être au moins aussi intéressantes. Il s’agit souvent des fournisseurs des entreprises des secteurs susmentionnés. Les brasseries, par exemple, tirent une marge plus élevée grâce à une consommation retrouvée dans les bars et les salles de sport. La situation est similaire pour les fournisseurs de confiseries et de snacks.

Les produits de crème glacée du groupe Unilever sont souvent consommés dans les cinémas, les piscines extérieures et en vacances. Il existe ici un potentiel de rattrapage non négligeable. D’autres entreprises de biens de consommation comme l’américain Church & Dwight (shampoings secs) ou L’Oréal (maquillage) ont également certains sous-segments qui seront bénéficiaires après la levée des restrictions. Le groupe d’analyse néerlando-britannique Relx gère de nombreux salons et expositions en plus des offres numériques. Bien que ce sous-secteur représente moins de 20% du chiffre d’affaires, le potentiel de normalisation est élevé.

De nombreuses entreprises de technologie médicale, dont les produits ont récemment été moins demandés en raison d’opérations reportées, peuvent également connaître un véritable boom de rattrapage. Ces exemples montrent qu’il pourrait être intéressant de miser sur les gagnants indirects d’une normalisation.

Malgré l’ouverture, la prudence reste de mise: en réalité, les marchés boursiers ont déjà intégré une bonne partie de la normalisation. Ainsi, se positionner sur les gagnants évidents pourrait offrir un potentiel de déception. D’autant plus que tous les secteurs risquent de ne pas retrouver leurs niveaux pré-crise dans l’immédiat. Les développements structurels tels que le commerce en ligne, les transactions de paiement numériques ou le télétravail plaident en faveur d’un changement permanent de la normalité après la crise.

Les gagnants indirects ou cachés de la fin des restrictions offrent probablement un meilleur profil risque-rendement dans ce contexte.ν


Commentaires

Jan Viebig

Oddo Bhf AG CIO

Tilo Wannow

Oddo Bhf Polaris Portfolio Manager

Devenez vous aussi un acteur de l’Agefi

Devenir un acteur de l'Agefi