Bourse suisse: le SMI en net recul après un nouveau plus bas de l'année 

Le SMI a perdu 1,55% 10'137,78 points, plus bas à 10'091,87 et plus haut à 10'322,19 en début de séance. Le SLI a cédé 2,04% à 1525,87 points et le SPI 1,50% à 13'014,96 points.

Nestlé (-0,3%), Roche (-0,7%) et Novartis (-0,9%) ont relativement bien joué leur rôle défensif.

La Bourse suisse a terminé sur une note nettement négative vendredi. Le SMI a inscrit un nouveau plus bas de l'année et depuis novembre 2020, un peu sous la barre des 10'100 points, en tout début d'après-midi, avant de se reprendre un peu et de terminer au-dessus de ce niveau. Les récentes hausses de taux des principales banques centrales et les craintes de leurs répercussions sur l'économie réelle plombaient l'ambiance.

A New York, Wall Street reculait en matinée, proche des plus bas de l'année alors qu'une semaine «catastrophique» s'achevait, qui a vu les investisseurs déprimés par la tonalité plus dure que prévu de la Réserve fédérale américaine (Fed).

«Les indices sont prêts à aller vers leurs plus bas niveaux depuis un an, entraînés par la peur de taux d'intérêt plus élevés et, bien sûr, d'une Fed qui pourrait aller trop loin dans son resserrement monétaire», a expliqué Peter Cardillo, de Spartan Capital.

Sur le front macroéconomique, les premiers signes de récession émergent dans les statistiques: le recul de l'activité économique en zone euro s'est accéléré en septembre dans le secteur privé, selon l'indice PMI Flash.

Cet indice montre un «affaiblissement de la croissance et des signes grandissants d'une récession en fin d'année», selon Marco Valli, directeur de la recherche de la banque Unicredit, soulignant des «perspectives moroses pour le secteur manufacturier».

«Une récession économique se dessine dans la zone euro, les entreprises de la région ayant signalé une dégradation de la conjoncture ainsi qu'une accentuation des tensions inflationnistes, liée à une flambée du coût de l'énergie», a commenté Chris Williamson, économiste de S&P.

Le SMI a fini en baisse de 1,55% 10'137,78 points, avec un plus bas à 10'091,87 et un élus haut à 10'322,19 marqué en tout début de séance. Le SLI a cédé 2,04% à 1525,87 points et le SPI 1,50% à 13'014,96 points. Sur les 30 valeurs vedettes, Givaudan (+2,5%) est le seul gagnant du jour.

Vontobel a abaissé son objectif de cours pour Givaudan et confirmé «buy». L'analyste part du principe que le géant verniolan des arômes et des parfumes poursuivra sur la voie de la croissance empruntée ces dernières années, mais a intégré dans sa modélisation une poussée inflationniste persistante au cours des prochains mois.

Nestlé (-0,3%), Roche (-0,7%) et Novartis (-0,9%) ont relativement bien joué leur rôle défensif.

La multinationale veveysane a annoncé jeudi soir la nomination de Lisa Gibby à la tête de sa communication. A ce titre, elle siégera également à la direction générale du groupe.

Credit Suisse (-12,4% à 4,07 francs) a terminé largement lanterne rouge, après avoir marqué un plus bas historique à 4,04 francs. AMS Osram (-7,7%) et Swiss Life (-4,9%) complètent le trio des plus gros perdants.

La banque aux deux voiles a fait l'objet jeudi de diverses spéculations quant à sa réorientation stratégique, allant d'une scission de sa banque d'affaires en trois unités à une augmentation de capital de plusieurs milliards.

La troisième bancaire, Julius Bär (-3,6%), a également souffert.

Les valeurs du luxe Swatch (-2,1%) et Richemont (-1,4%) ont vu toutes deux leur recommandation d'achat (buy) reconduite par Goldman Sachs, qui a revu à la hausse son objectif de cours pour la compagnie financière genevoise et raboté celui pour la porteur de l'horloger biennois. Les analystes du géant américain signalent que la demande pour les produits de luxe s'est avérée supérieure aux attentes au cours des derniers mois.

Sur le marché élargi, Huber+Suhner (-2,2%) a confirmé ses objectifs dans le cadre de sa journée des investisseurs et s'estime bien positionné pour profiter des opportunités de croissance dans ses différents secteurs d'activité.

Swissbilling, filiale du fournisseur de cartes de crédit Cembra Money Bank (-2,6%), va collaborer avec l'application de paiement Twint.

Zur Rose (-7,3%) a de son côté lancé une offre de rachat sur l'intégralité de titres de créances parvenant à échéance en juillet 2023, d'une valeur totale de 115 millions de francs et pourvues d'un coupon de 2,50%. (AWP)

Commentaires