Les exportations horlogères proches du niveau d'avant-crise en août

Les exportations horlogères affichent une baisse minime de 0,4% en valeur par rapport à leur niveau d'août 2019. Les montres les plus chères qui ont tiré leur épingle du jeu.

Keystone
Pour les garde-temps dont le prix export était supérieur à 3000 francs, les ventes à l'étranger ont progressé de 3,9% en valeur.


Les exportations horlogères ont totalisé 1,52 milliard de francs en août 2021, en baisse minime de 0,4% en valeur par rapport à leur niveau d'août 2019, selon les statistiques de la Fédération de l'industrie horlogère suisse (FH) publiées mardi. Par rapport à août 2020, fortement freiné par la pandémie, la hausse s'est inscrite à 11,5% en valeur.

En nombre de pièces, les exportations ont par contre diminué de 29,7% sur deux ans.

La hausse affichée par les montres en acier (+3,3% en valeur) n'a pas suffi à compenser la diminution des garde-temps en métaux précieux (-1,7%) et bimétalliques (-4,2%). Du côté des volumes, tous les groupes de matières ont accusé une baisse à deux chiffres.

Demande pour les montres plus chères

Par gamme de prix, ce sont les montres les plus chères qui ont tiré leur épingle du jeu. Pour les garde-temps dont le prix export était supérieur à 3000 francs, les ventes à l'étranger ont progressé de 3,9% en valeur. Tous les segments de prix inférieurs, soit entre 500 et 3000 francs (-3,1%), entre 200 et 500 francs (-17,2%) et en dessous de 200 francs (-35,0%) ont essuyé des replis.

La Chine (+55,3%) et les Etats-Unis (+19,6%) ont continué sur leur lancée très favorable. Les deux pays ont été suivis par les Emirats arabes unis (8e débouché, +32,6%) et l'Arabie saoudite (13e, +44,6%) notamment. En revanche, plusieurs débouchés importants se sont fortement contractés, à l'instar de Hong Kong (-26,2%), du Japon (-37,0%), la France (-20,4%) ou la Corée du Sud (-32,4%).

Chiffres sous les attentes

"Pour les deux locomotives que constituent la Chine et les Etats-Unis, il y a eu un ralentissement de la croissance", note Patrik Schwendimann, analyste à la Banque cantonale de Zurich (ZKB). Les exportations de montres sont ressorties 7% en dessous de leurs estimations. Il ne faut toutefois pas surévaluer l'importance des chiffres sur un mois, relativise-t-il.

Dans l'ensemble, les statistiques sont "légèrement négatives" pour la branche. Tant Richemont que Swatch ont laissé des plumes depuis leurs plus hauts de l'été. Les risques liés à la réglementation, ainsi qu'au secteur immobilier et à la recrudescence de la pandémie de Covid-19 en Chine expliquent ces forts replis. Si des rebonds sont possibles en raison d'une valorisation attractive, la progression restera freinée par les risques susmentionnés.

Vers 9h30, les titres Richemont (-0,7%), traité hors dividende de deux francs, et Swatch (-0,6%) lâchaient du terrain. Le SLI avançait quant à lui de 0,44%.(AWP)

Commentaires