Abonnés

L'aversion au risque pousse le franc à la hausse

La devise helvétique a réagi à l'aversion au risque générée par le géant chinois surendetté de l'immobilier Evergrande. Après la réunion du FOMC, les regards se tournent vers la BNS.

Keystone
Les soubresauts d'Evergrande provoquent un regain d'aversion au risque qui se fait sentir dans les devises.
Les difficultés du mastodonte chinois de l’immobilier Evergrande rendent les marchés nerveux. Nombreux sont les analystes qui anticipent un défaut de paiement jeudi, date à laquelle le groupe doit payer 83,5 millions de dollars d’intérêts. Et s’il y parvient, il devra encore honorer une tranche de 47,5 millions le 29 septembre.Les investisseurs en Suisse n’ont pas échappé au regain d’aversion au risque et ont privilégié les valeurs refuge comme le dollar, comme l’explique César Pérez Ruiz, di...

Vous devez avoir un compte utilisateur pour lire cet article