Abonnés
Article contributeur

La BCE restera disposée à agir davantage

Arthur Jurus. Le stress sur le marché interbancaire européen est deux fois moins important que sur celui américain, si l’on mesure l’écart entre le rendement monétaire et les obligations d’état à 3 mois.
Les maux institutionnels de l’Union européenne ne se soignent pas malgré les années. Si le Brexit pouvait insuffler un regain de cohésion entre membre, l’urgence sanitaire actuelle a finalement imposé aux membres d’agir unilatéralement dans un premier temps. A l’opposé du Mécanisme européen de stabilité et de la Commission européenne qui devraient prochainement fournir au moins 340 milliards de liquidités après deux mois de pandémie, une seule institution européenne s’est avérée réactive ...

Vous devez avoir un compte utilisateur pour lire cet article