Article contributeur

Pourquoi le populisme maintenant

Les discours démagogiques qui nient la réalité nuisent au peuple alors qu'ils prétendent le protéger. La Grande-Bretagne n'en fournit que le dernier exemple. Par Jacques Neirynck

KEYSTONE
«La réalité força d’admettre que le Brexit n’améliore pas le pouvoir d’achat des Britanniques. Ils ont été illusionnés par un saltimbanque sans discernement, ni savoir-faire, ni savoir-vivre.»

La chute de Boris Johnson met un terme à une dérive populiste du respectable parti conservateur. La réalité força d’admettre que le Brexit n’améliore pas le pouvoir d’achat des Britanniques. Ils ont été illusionnés par un saltimbanque sans discernement, ni savoir-faire, ni savoir-vivre.

L’utilisation de la démagogie en politique est vieille comme la démocratie. Nous assistons à une recrudescence qui mérite une réflexion. En France, le Rassemblement national (RN) obtient 89 sièges à l’Assemblée nationale et devient ainsi le deuxième parti. Aux Etats-Unis, une foule a donné l’assaut au Capitole pour empêcher l’élection du nouveau président.

Pourquoi cet accès?

Une fraction importante de l’électorat est insatisfaite du fonctionnement des institutions. Elle lui reproche essentiellement de ne pas tenir la promesse (intenable) d’un bien-être toujours croissant. Le thème du pouvoir d’achat s’impose comme préoccupation dominante.

Le pouvoir en place ne peut y répondre que par ces faux-fuyants que sont la réduction provisoire de certaines taxes, l’envoi d’un dérisoire chèque de secours, l’augmentation du salaire minimum ou la croissance de la dette publique. Faute de pouvoir distribuer les fruits du travail, il faut refiler la charge à la génération suivante, celle qui n’a pas encore la parole.

La théorie du double complot

Dans le même temps, des signes de pénurie apparaissent au niveau de la production. Manque de matières premières, rupture de l’approvisionnement en énergie, perturbation de la chaîne alimentaire et – curieusement - manque de personnel qualifié. Des entreprises pourraient travailler davantage mais elles ne parviennent pas à recruter des travailleurs. Alors que l’on devrait réduire la production de gaz à effet de serre, on est contraint de l’augmenter en substituant du charbon au gaz, et en constatant la panne de l’énergie nucléaire.

Le discours démagogique du populisme consiste à en imputer la faute à deux coupables: d’une part, les «élites» qui auraient confisqué le pouvoir à leur seul avantage; d’autre part, les étrangers qui voleraient le travail des nationaux et alourdiraient les charges sociales.

C’est la théorie du double complot. Le pouvoir mépriserait le peuple parce que celui-ci incarne l’essence même de la Nation, son génie, son authenticité. Le pouvoir brade l’indépendance, la liberté, la souveraineté du pays, parce qu’il est acheté par l’étranger. Il ouvre grand les portes de l’immigration par stupidité ou par perversité.

Le refus de la réalité

Le pouvoir d’achat est vraiment menacé parce que les ressources naturelles commencent à manquer. Cela a été prédit dès 1972, voici cinquante ans, par le rapport du Club de Rome. La croissance s’arrêtera lorsque les ressources non renouvelables s’épuiseront, minerais, terres cultivables, énergie, eau.

Le propre du populisme est de refuser l’existence de ces phénomènes, de nier la réalité. Il n’y a donc pas de réchauffement climatique, le renchérissement de l’énergie ne provient pas de sa raréfaction mais d’un complot gouvernemental, le médicament du professeur Raoult vaut mieux que la vaccination, le nucléaire nous sauvera, les OGM doivent être bannis.

Par son déni de réalité, le populisme séduit les électeurs auxquels il prépare les déconvenues qu’il prétend éviter.

Commentaires1

Tout voir

Cette analyse est très intéressante, cependant elle manque d'objectivité ,en effet le mensonge planétaire du Covid dont l'origine serait le couple chauvesouris et Pangolin , la fermeture de Wuhan alors que les vols internationaux rependaient le virus sur la planète. Les interdictions des médicaments efficaces afin d'imposer des vaccinations en phases expérimentales laissent un gout amer aux populations qui avaient confiances dans les institutions et font le lit des réactions violentes ainsi que du populisme. La guerre en Ukraine qui n'est que la suite du Covid, puis l'action de la Chine sur Taiwan risque effectivement de débouché sur un conflit nucléaire avec la puissance en péril des USA . Nos gouvernements occidentaux mentent à leurs populations pour conserver leurs pouvoirs.

Christian Roche

il y a 2 mois
C'est instructifC'est instructif

Jacques Neirynck

Ancien conseiller national

Les articles suivants pourraient aussi vous intéresser