Article contributeur

Place financière neuchâteloise: se souvenir pour anticiper

A Neuchâtel, les banques profitent des 100 ans de leur association pour imaginer leur avenir. Par Xavier Comtesse

KEYSTONE
«Aujourd’hui c’est la banque qui est le secteur le plus en transformation tant la technologie numérique est en train de la changer de toute part.»

À Neuchâtel, il y a 100 ans prenait fin l’une des crises horlogères les plus dures de son histoire. L’emploi avait perdu la moitié de ses effectifs, la production était quasiment à l’arrêt, les banques étaient sollicitées pour assurer une continuité de liquidité. Le «stop and go» qui caractérise cette industrie venait de frapper une fois de plus.

Les banques neuchâteloises décidèrent alors de se regrouper en association. Il s’agissait de mieux prévoir l’avenir. La question horlogère était pour ces dernières primordiale car cela représentait près de la moitié de leur activité. Mais les horlogers avaient la fâcheuse habitude d’accélérer leur activité quand tout allait bien et de freiner trop tardivement quand tout allait mal amenant de fortes secousses. Cette incapacité à se projeter demain perdure aujourd’hui encore. Il faut trouver un moyen de s’intéresser à demain. Pourquoi ne pas demander aux jeunes?

Ce jeudi, à l’occasion de son 100e anniversaire, la Place financière neuchâteloise se souvient: elle pense à demain et organise pour plus de 150 jeunes de l’Université de Neuchâtel et de la Haute-Ecole Arc un grand concours sur des thématiques d’hyper-actualité comme les fintechs, les cryptos, la finance durable, les métaverses, NFT, blockchain, etc.

La présentation des dix meilleurs travaux aura lieu le jeudi 8 septembre lors d’une grande soirée organisée à Microcity/EPFL sur le thème du Metaverse. Un montant total de 12.000 francs sera remis aux trois meilleurs travaux des deux établissements par un jury composé des directeurs des écoles et des experts des banques. Un projet de parcours pour faire connaissance avec les métiers de la banque et un soutien aux sports font également partie de la palette des activités proposés pour le 100e.

Le conseiller d’Etat neuchâtelois, Alain Ribaux de souligné, lors de la conférence de presse d’aujourd’hui, l’importance de l’industrie pour le canton notamment en termes d’emploi. Les banques ont historiquement joué un rôle clé en faveur d’un tissu économique dynamique, dans lequel l’innovation y est déterminante. Avec ce projet lancé aujourd’hui et orienté vers la créativité des jeunes issus des deux hautes écoles neuchâteloises, les banques de la place anticipent en quelque sorte l’avenir de la finance.

Aujourd’hui c’est la banque qui est le secteur le plus en transformation
Xavier Comtesse

Mais le plus étonnant dans ce projet, ce n’est pas tant une nouvelle image que veut se donner Neuchâtel mais plutôt la coïncidence des dates: 1922, création de l’association concomitant à une crise horlogère… 2022, célébration des 100 ans correspondant à un changement radical de la banque.

En effet, aujourd’hui c’est la banque qui est le secteur le plus en transformation tant la technologie numérique est en train de la changer de toute part: l’argent devient virtuel (cartes, crypto-monnaie, etc.), naissance des NFT (Jeton non fongible c’est-à-dire quelque chose de différent que l’argent comptant), usage des blockchains et de l’intelligence artificielle … bref c’est la banque aujourd’hui qui affronte des vents tumultueux.

Commentaires

Xavier Comtesse

Mathématicien et membre du Think Tank CODE_IA

Les articles suivants pourraient aussi vous intéresser