Article contributeur

Lueur d’espoir conjoncturelle dans l’industrie

Le baromètre du KOF reste inférieur à la moyenne sur dix ans en août. Quelques changements sont perceptibles au niveau des branches.

KOF
Le baromètre conjoncturel du KOF est resté à un niveau inchangé par rapport au mois précédent à 97,0 points. Cette valeur inchangée se situe toutefois dans le haut de la fourchette des estimations (93 à 98 points), ce qui est un premier élément positif. Il faut également constater que, probablement grâce aux interventions de la BNS, le franc suisse ne s’est plus apprécié face à l’euro en août, plafonnant à un niveau de 1,085-1,090. Le KOF constate: «des signaux un peu plus favorables que préc...

Vous devez avoir un compte utilisateur pour lire cet article

Le baromètre conjoncturel du KOF est resté à un niveau inchangé par rapport au mois précédent à 97,0 points. Cette valeur inchangée se situe toutefois dans le haut de la fourchette des estimations (93 à 98 points), ce qui est un premier élément positif. Il faut également constater que, probablement grâce aux interventions de la BNS, le franc suisse ne s’est plus apprécié face à l’euro en août, plafonnant à un niveau de 1,085-1,090. Le KOF constate: «des signaux un peu plus favorables que précédemment viennent des indicateurs liés à la demande en provenance de l’étranger, aux perspectives de consommation sur le marché intérieur et à l’industrie de transformation». Ces éléments, surtout le premier, sont sensibles à l’évolution des cours de change.

La réalité est meilleure que l'ambiance

Ces indications vont quelque peu à l’encontre des propos alarmistes tenus par Swissmem la semaine dernière (L’Agefi du 29 août). Selon des économistes, ce décalage montre aussi que l’ambiance est actuellement plus mauvaise que la situation décrite par les données réelles, comme par exemple les exportations de juillet de 19,5 milliards de francs, la deuxième valeur la plus élevée de 2019. Selon le KOF, c’est précisément au sein de l’industrie MEM qu’une légère embellie s’est faite ressentir. «Dans l’industrie manufacturière (industrie de transformation et bâtiment), ce sont surtout les indicateurs liés aux carnets de commandes et aux stocks qui soutiennent le baromètre», précise le communiqué. Au niveau des secteurs, cela concerne avant tout la «construction mécanique, la métallurgie, l’industrie chimique et les secteurs réunis sous «divers»».

La sensibilité au cours franc-euro est toujours forte

Ces secteurs se montrent donc toujours sensibles à l’évolution du franc face à l’euro. De l’autre côté, négatif, les incertitudes géopolitiques encore plus importantes que les mois précédents se sont faites ressentir au niveau des services financiers et assuranciels. Ce balancier entre un secteur manufacturier encore fortement lié à l’euro (et le dollar US est en baisse lui aussi depuis mai avant d’inverser quelque peu la tendance ce mois-ci, indiquant ainsi aussi la direction de l’euro sans interventions de la BNS), et des services financiers sensibles tout d’abord aux différends à l’échelle mondiale a de bonnes chances de rester en place au cours des prochains mois.

L'Allemagne inquiète

La situation en Allemagne reste inquiétante. En août, l’indice ifo sur le climat des affaires, similaire à au baromètre du KOF, a atteint une nouvelle valeur plancher depuis novembre 2012, en diminuant de 1,5 point par rapport à juillet, à 94,3 points. Les perspectives restent donc légèrement meilleures en Suisse. Mais il se confirme que notre pays reste très sensible à la santé économique de son voisin du Nord. En Allemagne aussi, le recul a été particulièrement marqué parmi les fournisseurs de services, même s’ils restent en territoire positif. Autre élément préoccupant, le pessimisme concernant la consommation gagne en ampleur. Quant au secteur manufacturier, déjà placé en lanterne rouge, les avis négatifs ont encore gagné du terrain. Les constructeurs automobiles allemands n’arrivent pas à sortir de leurs difficultés en raison du retard qu’ils ont pris dans le domaine de la mobilité électrique.
En France, en revanche, le climat des affaires reste au-dessus de sa moyenne historique. La dynamique est particulièrement forte dans le domaine du bâtiment, tandis que l’industrie est là aussi un peu à la traîne, quoiqu’au-dessus de la moyenne (102 points). Une nouvelle fois, il s’avère qu’une ambiance positive au sein de l’économie française n’a guère d’impact sur la conjoncture en Suisse.

La zone euro hors services financiers reste bien orientée

Quant à la zone euro dans son ensemble, le sentiment reste au-dessus des 100 points (103,1). Les services financiers ne sont toutefois pas compris dans cet indice. Entre mars (19,8 points) et août (5,3 points), ces derniers ont connu une véritable chute de confiance, largement liée au climat d’incertitude créé par un président Trump dont les décisions ne peuvent guère être anticipées. Cela fausse donc beaucoup la comparaison avec le baromètre du KOF.

Christian Affolter

Devenez vous aussi un acteur de l’Agefi

Devenir un acteur de l'Agefi