La hausse des primes d'assurance maladie ne sera pas bloquée

Le National a refusé mercredi par 99 voix contre 35 et 41 abstentions l'interdiction pendant 10 ans de toute augmentation du montant global des primes de l'assurance obligatoire.

Keystone
Aujourd'hui, tous les acteurs de la santé se protègent les uns les autres, a critiqué Lukas Reimann.

Le National ne veut pas d'un moratoire pour bloquer la hausse des primes d'assurance maladie. Il a refusé mercredi par 99 voix contre 35 et 41 abstentions de la gauche une motion de Lukas Reimann (UDC/SG). Elle visait à interdire pendant 10 ans toute augmentation du montant global des primes de l'assurance obligatoire.

Aujourd'hui, tous les acteurs de la santé se protègent les uns les autres, critique le St-Gallois. Le statu quo et les juteux bénéfices qu'ils engrangent leur sont trop favorables.

En décrétant un moratoire, on pourrait débloquer la situation. Les acteurs de la santé sauraient alors qu'ils ne pourront plus facturer comme bon leur semblent des frais supplémentaires et qu'aucune nouvelle hausse ne sera tolérée, a fait valoir l'UDC.

Le monde serait simple si on pouvait agir ainsi
Alain Berset, ministre de la santé

Le monde serait simple si on pouvait agir ainsi, a lancé le ministre de la santé Alain Berset. Il a rappelé que l'Office fédéral de la santé publique ne pouvait approuver que les montants des primes couvrant les coûts pour une année. Si toute hausse des primes était interdite durant les dix prochaines années et que, dans le même temps, les coûts de la santé continuaient d'augmenter, les primes ne couvriraient plus les coûts.

Il faut au contraire avoir une meilleure maîtrise des coûts. Le Conseil fédéral agit, a-t-il rappelé, faisant référence aux paquets de mesures sur lesquels le Parlement planche actuellement.(AWP)

Commentaires