Abonnés

«La BNS a un degré de liberté qu’elle pourrait utiliser pour soutenir des objectifs climatiques»

Bien que sollicitées par la lutte contre l’inflation, les banques centrales pourraient contribuer à la décarbonation de l’économie, selon l’économiste Pierre Monnin. 

KEYSTONE
Aux yeux de Pierre Monnin, membre du Council on Economic Policies, l’évolution des politiques monétaires fait peser un risque sur l’immobilier en Suisse. «La Banque nationale a d’ailleurs maintes fois montré son inquiétude au sujet des prix sur ce marché», souligne-t-il.
En collaboration avec Frédéric Lelièvre. Avec une inflation qui s’installe durablement, les banques centrales s’orientent les unes après les autres vers des hausses des taux d’intérêt. La Réserve fédérale américaine (Fed) s’est notamment prononcée la semaine dernière sur un relèvement de 0,75 point de pourcentage, la quatrième augmentation d’affilée. En parallèle, la Banque centrale européenne (BCE) se lance dans un autre combat: début juillet, elle a annoncé une série de mesures pour décarbo...

Vous devez avoir un compte utilisateur pour lire cet article