Covid-19: les personnes non vaccinées devront présenter un test négatif pour entrer en Suisse

Pour éviter une hausse des cas après les vacances d'automne, le Conseil fédéral a décidé de renforcer les conditions d’entrée sur le territoire. La gratuité des tests est également en question.

Keystone
Les frontaliers sont exemptés de l’obligation de remplir le formulaire d’entrée ou de passer un test.

Les personnes non vaccinées et non guéries du coronavirus devront présenter un test Covid négatif pour entrer en Suisse à partir de lundi. Le Conseil fédéral souhaite ainsi éviter une hausse des cas après les vacances d'automne, indique-t-il vendredi.

Le gouvernement ne veut pas d'une situation similaire à celle suivant les vacances d'été. Le traçage de contacts dans les cantons a montré que les retours de vacanciers avaient contribué à une augmentation du nombre de contaminations, explique-t-il dans un communiqué.

Quel que soit le pays de provenance ou le moyen de transport utilisé, les personnes concernées devront effectuer un test rapide antigénique ou PCR. Celles qui ne seront pas en mesure de présenter le résultat d’un test à leur arrivée devront se faire tester immédiatement après.

Deuxième test après 4 à 7 jours

Un deuxième test devra être effectué après quatre à sept jours. Payant, il devra être envoyé au canton de résidence. Les cantons pourront vérifier de manière aléatoire si ce second test a bien été réalisé grâce au formulaire de voyage "Passenger locator form" qu'il faudra remplir lors de l'entrée sur le territoire helvétique. Les personnes vaccinées et guéries seront également tenues de remplir ce document.

Les enfants de moins de 16 ans seront exemptés de cette obligation. Seront aussi exemptés les frontaliers, ainsi que les personnes en transit et celles qui transportent des biens ou des personnes en traversant la frontière dans le cadre de leur activité professionnelle. Le Conseil fédéral tient ainsi compte des échanges économiques, sociaux et culturels étroits qui caractérisent les régions frontalières, précise-t-il.


KeystoneLe Conseil fédéral a encore décidé de renoncer à la liste des pays à risque tenue par l'Office fédéral de la santé publique.

>>Vous pouvez faire le point sur votre situation avant votre entrée en Suisse avec l'aide du "Travelcheck" en ligne.

Amendes

Quiconque n'effectue pas les tests demandés encourra une amende de 200 francs. Le montant s'élèvera à 100 francs pour une personne n'ayant pas rempli le formulaire.

Les compagnies aériennes et les entreprises de transport par autobus devront vérifier si leurs passagers ont un formulaire ainsi qu'un certificat Covid ou le résultat d'un test. Ces contrôles basés sur les risques seront réalisés par l’Administration fédérale des douanes et les unités de police compétentes sur le plan local.

Le gouvernement a préféré cette variante à une mesure de quarantaine. Consultés, les cantons la jugent plus praticable et demandant moins de travail.

Le Conseil fédéral fera le point sur ces nouvelles mesures dans quelques semaines. Il procèdera à des ajustements si nécessaire.

Certificat Covid pour les étrangers

A partir de lundi aussi, les personnes vaccinées à l'étranger avec un vaccin approuvé par l'Agence européenne des médicaments qui habitent ou voyagent en Suisse pourront obtenir le certificat Covid suisse. Actuellement, seuls les certificats des pays qui ont adhéré au certificat Covid numérique de l'UE sont compatibles avec le système suisse

Cette mesure doit permettre aux touristes entre autres de participer à la vie sociale. Les cantons seront chargés de délivrer ce document, aussi sous forme électronique. La Confédération regroupera sur une même page Internet les points de contact cantonaux. Un groupe de travail fédéral accompagnera les cantons dans la mise en oeuvre.

L'objectif est de parvenir à une solution qui soit la plus efficace et la plus facile pour les personnes concernées. Dans une phase transitoire jusqu'au 10 octobre, tous les certificats Covid étrangers seront acceptés en Suisse pour accéder aux endroits le demandant.

Cependant, comme dans les pays voisins, tous les vaccins reconnus par l’OMS ne donneront pas droit à un certificat Covid, a tranché le gouvernement. Des exceptions sont toutefois prévues pour les Suisses de retour de l’étranger, les ressortissants de pays tiers de l’UE travaillant en Suisse, les employés d’organisations internationales, le personnel diplomatique accrédité ainsi que les étudiants.

Listes des pays à risques

Le Conseil fédéral a encore décidé de renoncer à la liste des pays à risque tenue par l'Office fédéral de la santé publique. Celle-ci ne fait plus sens en raison du variant Delta, très contagieux, qui peut régionalement faire augmenter très vite le nombre de cas.

En revanche, la liste du Secrétariat d'Etat aux migrations est maintenue. Celle-ci régit les personnes autorisées à entrer en Suisse. Tous les pays hors de l'espace Schengen qui ne figurent pas sur cette liste sont considérés comme des pays à risques. Des restrictions d'entrée s'appliquent donc pour les ressortissants non vaccinés de ces Etats.(ATS)

KeystoneA partir de lundi aussi, les personnes vaccinées à l'étranger avec un vaccin approuvé par l'Agence européenne des médicaments qui habitent ou voyagent en Suisse pourront obtenir le certificat Covid suisse.

FAQ: comprendre les nouvelles règles

-Qui est concerné : uniquement les touristes, ou également les Suisses qui entrent dans le pays ?

Toutes les personnes non vaccinées et non guéries doivent être munies d’un résultat de test valable, en plus du formulaire d’entrée rempli lors du passage de la frontière en Suisse. Les tests rapides antigéniques et les tests PCR sont tous deux acceptés. Si les résultats de test requis ne peuvent pas être fournis, l’Administration fédérale des douanes (AFD) imposera des amendes d’ordre de 200 francs.

-Quel genre de test faudra-t-il présenter ? L’attestation d’un test négatif lors de l’arrivée en Suisse est valable tant avec un test antigénique rapide réalisé par une personne formée qu’avec un test PCR individuel ou groupé. En principe, les tests réalisés avant l’entrée sur le territoire doivent être payés par la personne concernée. Pour le deuxième test, il faut présenter un certificat de test pour au moins un des jours entre le 4e et le 7e jour après l'entrée et prendre en charge les coûts du test. Le résultat du test doit être annoncé au canton concerné. Les autotests ne sont pas acceptés comme preuve.

-Pourquoi un 2e test est-il exigé entre 4 et 7 jours plus tard, et qui devra le payer ?

Étant donné que les personnes entrant dans le pays peuvent également s’infecter peu de temps avant leur arrivée et que le test est encore négatif à ce stade de la période d’incubation, un deuxième test est nécessaire entre le 4e et le 7e jour qui suit. À partir du 1er octobre, les personnes dès 16 ans doivent payer les tests donnant accès à un certificat. Des exceptions s’appliquent aux personnes participant à des tests répétés, dans la mesure où des certificats de test sont délivrés dans ce cadre, et aux personnes qui peuvent prouver par un certificat médical qu’elles ne peuvent pas être complètement vaccinées.


La gratuité des tests à nouveau en discussion

Le Conseil fédéral pourrait revenir sur la fin de la gratuité des tests. Il est conscient que ce changement annoncé pour le 1er octobre peut poser des difficultés pour certaines personnes, notamment celles qui attendent leur deuxième dose de vaccin.

"Nous allons étudier des solutions pour ces personnes", a annoncé vendredi le ministre de la santé Alain Berset face aux médias. Une décision sera prise lors d'une prochaine séance. Cela pourrait se traduire par quelques adaptations qui devraient garantir la transition avec plus de souplesse.

Le ministre a toutefois souligné que, contrairement à la vaccination, le test ne permet pas de sortir de la crise. "Nous sommes d'ailleurs très heureux de voir le mouvement actuel en faveur de la vaccination", a-t-il poursuivi.

Soutenu par les cantons et de nombreux milieux consultés, le gouvernement avait décidé le 25 août de mettre un terme à la gratuité des tests dès le 1er octobre. Il estimait que ce n'est plus à la collectivité de prendre en charge les coûts des tests des personnes non vaccinées qui souhaitent obtenir un certificat Covid-19.

Alors que presque tous les partis avaient soutenu la décision du gouvernement, l'UDC, le PS et le Centre ont retourné leur veste et demandent le maintien de la gratuité des tests.(ATS)

Les agences de voyages confiantes face au test Covid

L'obligation d'effectuer un test Covid pour les personnes entrant en Suisse n'inquiète pas outre mesure les agences de voyages suisses. Celles-ci ne s'attendent pas à une vague d'annulations de réservations en raison du tour de vis décidé vendredi par le Conseil fédéral.

Le retour en Suisse risque d'être plus onéreux que prévu pour vacanciers non immunisés contre le Covid-19.

La plupart des prestataires de voyages accueillent favorablement la décision du gouvernement. «Nous nous réjouissons que le Conseil fédéral ait choisi d'opter pour le test», a expliqué Milica Vujcic, porte-parole de Tui. Le groupe zurichois salue l'exemption faite aux enfants jusqu'à 16 ans et la possibilité de présenter de tests antigéniques rapides, moins chers que les PCR.

Hotelplan estime que les nouvelles mesures sont justifiées. Les contrôles ne concernent plus uniquement les voyageurs rentrant en Suisse en avion comme c'était le cas jusqu'ici, note la porte-parole Bianca Gähweiler. La filiale de Migros ne s'attend pas à un impact négatif sur les réservations.

Le son de cloche est identique chez Tui. «De nombreux clients attendent avec impatience de voyager vers le chaud et la mer et acceptent les coûts supplémentaires», selon Milica Vujcic. A cela il faut ajouter que les tests Covid sont souvent moins chers à l'étranger qu'en Suisse.

De nombreux voyageurs ne seront même pas concernés par ces nouvelles mesures, affirme DER Touristik (Suisse), auquel appartiennent les marques Kuoni et Helvetic. «Comme la majorité de nos clients est vaccinée et que, pour les autres, les tests constituent déjà la norme en cas de voyage, les effets de la décision d'aujourd'hui sont très limités», souligne le porte-parole Markus Flick. (ATS)

Commentaires