Valora réduit sa perte semestrielle, retour à la normale confirmé

Valora annonce mercredi un chiffre d'affaires resté quasiment stable (-0,2%) à 814,1 millions de francs. Les restrictions sanitaires ont affectées le groupe, qui prévoit un retour à la rentabilité d'ici 2022.

Keystone
8% des points de vente sont restés fermés en moyenne durant les six premiers mois de l'année et 34% ont été astreints à des horaires d'ouverture réduits, suite aux mesures pour lutter contre la pandémie.

La crise est loin d'être terminée pour le détaillant bâlois Valora, dont les recettes ont stagné au premier semestre. L'exploitant de kiosques et d'échoppes de restauration à l'emporter a cependant retrouvé une rentabilité opérationnelle positive et réduit sa perte nette. Un retour aux chiffres noirs est toujours anticipé pour 2022.

Le chiffre d'affaires est resté quasiment stable (-0,2%) à 814,1 millions de francs, indique mercredi Valora. Apurées des effets de change, les recettes ont accusé un recul de 1,0%. Puisque l'activité du groupe est fortement affectée par les mesures gouvernementales destinées à lutter contre la propagation de la pandémie, 8% des points de vente sont restés fermés en moyenne durant les six premiers mois de l'année et 34% ont été astreints à des horaires d'ouverture réduits.

Les mois de janvier et février ont clairement pesé sur la performance, puisqu'au début 2020, les restrictions sanitaires n'étaient pas encore en vigueur, précise le communiqué.

La tendance au télétravail et les mesures imposées dans les transports publics pèsent sur l'activité de Valora, qui voit la fréquentation de ses points de vente dans les gares et autres stations reculer. Avant la crise, le groupe réalisait la moitié de son chiffre d'affaires externe sur ces sites.

Le résultat avant intérêts et impôts (Ebit) s'est inscrit à 7,4 millions de francs, contre une perte opérationnelle de 1,9 million un an plus tôt. Très affecté par la crise sanitaire, Valora a obtenu des baisses de loyer, a réduit ses coûts et sollicité des crédit-relais en Allemagne, dans le cadre du programme étatique "Überbrückungshilfe III".

Régime minceur

La société ne va cependant plus recourir à cette manne gouvernementale. "Une aide supplémentaire entraînerait des interventions dans l'activité opérationnelle et des restrictions dans le paiement des dividendes", a expliqué le directeur financier Beat Fellmann en conférence téléphonique. Les actionnaires n'ont pas touché de dividende au titre des exercices 2019 et 2020. Le régime minceur pourrait se poursuivre une année encore pour les actionnaires.

La perte nette a été ramenée à 3,8 millions de francs, contre 8,4 millions précédemment. A noter que le groupe a revu ses chiffres semestriels 2020 à la hausse.

Les chiffres dévoilés par Valora sont nettement supérieurs aux prévisions des analystes interrogés par AWP, qui s'attendaient notamment en moyenne à un Ebit en zone négative et une perte nette presque doublée en comparaison annuelle.

Le seuil de rentabilité sera repassé d'ici six à neuf mois, selon Valora. Pour 2021, le groupe bâlois table sur un Ebit compris entre 25 et 35 millions de francs. L'année prochaine, cet indicateur devrait atteindre 70 millions.

La société rhénane annonce par ailleurs la reprise en Suisse au 1er janvier 2022 pour une somme non dévoilée de 39 points de vente attenants à des stations-service de Moveri, tous exploités actuellement sous l'enseigne Aperto. Ces échoppes, qui réalisent 70% de leurs recettes dans l'alimentaire, devraient générer en 2022 un chiffre d'affaires de 60 millions de francs.

L'expansion de Valora devrait se poursuivre. "Nous percevons en ce moment plus d'opportunité d'acquisitions que jamais", a affirmé le directeur général Michael Müller en conférence téléphonique.

Toutes ces annonces ont porté le titre Valora. Ce dernier a fini sur un bond de 7,7% à 193,40 francs, surperformant nettement un indice du marché élargi SPI en hausse de 0,70%. (awp)

Commentaires