Article contributeur

Une nouvelle récompense pour la start-up Neustark

Le béton recyclé qui emprisonne du CO2 de la jeune entreprise bernoise Neustark a la cote: après sa troisième place à MassChallenge, elle a remporté le Catwalk 2020. La commercialisation de son produit à l’échelle suisse est presque prête.

Johannes Tiefenthaler et Valentin Gutknecht, les deux fondateurs de Neustark, et leur système de production de béton recyclé. La jeune société bernoise se fait remarquer: outre ses deux récompenses récentes, elle avait été sélectionnée, en début d'année, pour participer au programme d’incubation Circular Economy Transition d'Impact Hub et de Kickstart.
Après être arrivée sur la troisième marche du podium du concours MassChallenge il y a deux semaines, Neustark a remporté ce mercredi la compétition Catwalk 2020. Cet événement en ligne de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) et du portail des start-up vertes CleantechAlps opposait de jeunes projets d’innovation durable, principalement de Suisse mais aussi d’ailleurs. Surprenant pour une entreprise qui produit du béton: un matériau qui engendre environ 8% des émissions de CO2 globales, selon le cabinet britannique Chatham House. Justement, la start-up bernoise s’attaque à cet enjeu. Valentin Gutknecht, cofondateur et CEO, décrit: «En bref, le béton est composé de graviers et d’un ciment qui les agglutine. Notre solution stocke du CO2 dans des pierres calcites et recycle des agrégats de béton démolis». Un premier système a été installé chez le fabricant bernois Kästli au cours de l’été. La solution est à l’aube d’une commercialisation plus large, à l’échelle du pays. Des tests sont en cours avec de grands producteurs, comme Holcim Suisse qui a annoncé son partenariat avec la start-up il y a moins d’une semaine. Celui qui a précédemment travaillé pour l’entreprise zurichoise Climeworks, active dans la filtration du CO2, souligne qu’à terme la solution de Neustark n’augmentera pas les coûts. «Elle pourra même permettre des économies aux producteurs qui sont situés dans des régions où il y a du béton à recycler, bien moins cher qu’un matériau primaire.» La jeune pousse a été officiellement fondée durant l’été 2019 suite aux recherches de son autre fondateur, Johannes Tiefenthaler, doctorant à l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ). Elle emploie six personnes.

Lire aussi: Vingt-sept start-up veulent rendre la Suisse plus circulaire

Sophie Marenne

L'Agefi Journaliste