Roche recherché après extension d'indication pour Tecentriq

A 10h05, le bon de jouissance Roche prenait 0,5% à 362,15 francs, en tête d'un SMI en recul cosmétique de 0,04%.

Keystone
L'autorité sanitaire américaine (FDA) a homologué Tecentriq de Roche pour le traitement du cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC).


Le titre Roche avait les faveurs de la cote lundi matin à la Bourse suisse. La multinationale pharmaceutique a obtenu du régulateur étasunien (FDA) une extension d'indication pour son anticancéreux à large spectre Tecentriq (atezolizumab), en traitement de suivi post-opératoire contre une forme précoce de cancer du poumon non à petites cellules (NSCLC).

A 10h05, le bon de jouissance Roche prenait 0,5% à 362,15 francs, en tête d'un SMI en recul cosmétique de 0,04%.

Chez Vontobel, Stefan Schneider lève les derniers doutes autour de cette homologation et du potentiel commercial afférent devisé à 677 millions de francs par année.

L'analyste de la banque de gestion zurichoise n'exclut pas de de relever sa projection de recettes en fonction de l'adpotion du traitement par les praticiens et des résultats que doit encore présenter le concurrent new jersien Merck & Co sur son Keytruda (pembroliuzmab) évalué dans la même indication.

Cancer du poumon

L'autorité sanitaire américaine (FDA) a homologué Tecentriq de Roche pour le traitement du cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC). L'immunothérapie pourra être utilisée dans le cadre d'un traitement adjuvant après résection et d'une chimiothérapie basée sur le platine pour des tumeurs de stades II à IIIA, a précisé le régulateur vendredi soir.

La FDA a aussi approuvé Ventana PD-L1 (SP263) Assay comme diagnostic d'accompagnement pour la sélection de patients. L'objectif est d'identifier les patients qui répondront le plus probablement à une thérapie.

Le régulateur étasunien a collaboré dans son examen de la demande d'homologation avec ses homologues suisse Swissmedic, australien Therapeutic Goods Administration (TGA), brésilien (ANVISA), canadien Health Canada et britannique Medicines and Healthcare Products Regulatory Agency (MHRA).

Plusieurs demandes d'autorisation de mise sur le marché sont encore pendantes, notamment auprès de Swissmedic.

En septembre dernier, à l'occasion du congrès oncologique Esmo, la multinationale rhénane avait présenté son immunothérapie, précisant que l'étude de phase III IMpower010 avait montré qu'elle abaissait le risque de résurgence du cancer, ainsi que le risque de décéder de la maladie. Les données avaient été publiées dans la revue spécialisée The Lancet.(AWP)

Commentaires