Abonnés

Les économies de 100 millions encore loin d’être réalisées par les médicaments biosimilaires

Les biomédicaments originaux seraient toujours préférés à leurs pendants biosimilaires, dont la part de marché stagnerait aux alentours de 35%, révèle une publication de Curafutura, biosimilar.ch et Intergenerika.

Keystone
Quelques années après le lancement du médicament biosimilaire, sa part de marché stage à environ 35%.
Préférer les alternatives biosimilaires aux traitements biologiques de référence représenterait un potentiel d’économie de 100 millions de francs pour les assureurs par année, annonçait Curafutura, l’association des assurances maladie qui regroupe la CSS, Helsana, Sanitas et KPT, au printemps dernier. Le biosimilaire est au médicament biologique ce que le générique est aux préparations chimiques: un équivalent moins cher ayant les mêmes effets pour le patient. Contrairement à un générique qui...

Vous devez avoir un compte utilisateur pour lire cet article