Givaudan porté par sa croissance organique au premier trimestre

Entre janvier et mars, les ventes ont atteint 1,67 milliard de francs, en hausse de 3,4% sur un an, indique Givaudan. La croissance organique s'est envolée à 7,7%. La nominative bondit de 3,7% au SMI.

Keystone
La croissance organique dépasse de loin les attentes les plus optimistes des analystes, qui ne s'attendaient guère davantage que 4,6%.

Les trois premiers mois de 2021 se sont révélés fructueux pour Givaudan, qui a enregistré une forte croissance organique, nettement supérieure aux attentes. Cette progression a été soutenue par les deux divisions, mais plus particulièrement par Parfums et Beauté. Les objectifs à moyen terme sont confirmés.

Entre janvier et mars, les ventes ont atteint 1,67 milliard de francs, en hausse de 3,4% sur un an, indique mardi le géant verniolan des arômes et parfums. La croissance organique s'est envolée à 7,7%.

"La demande est restée forte dans les segments du groupe qui ont le moins souffert de la pandémie de Covid-19, tandis que les conditions se sont améliorées dans ceux qui ont été le plus touchés", affirme le directeur général Gilles Andrier, cité dans le communiqué, évoquant un "bon début d'année" malgré des conditions restant difficiles.

Les marchés à forte croissance ont enregistré dans leur ensemble une augmentation organique des revenus de 14,5%, l'Amérique latine et la région Asie-Pacifique affichant respectivement +23,3% et +10,2%. En francs, toutes les zones s'inscrivent à la hausse à l'exception de l'Amérique du nord, dont le chiffre d'affaires a stagné (-0,7%).

La division dévolue aux parfums a vu son chiffre d'affaires gonfler de 5,8% à 788 millions de francs, pour une croissance organique de près de 10%.

Après avoir connu des mois difficiles durant la crise, l'activité Parfumerie fine a poursuivi le redressement constaté lors des derniers mois de 2020, avec une hausse sur un an de 1,9% ou +6,6% en termes organiques. Le développement de canaux de vente numériques chez les clients expliquent notamment cette poussée. La forte demande en produits d'entretien a soutenu les ventes dans la Parfumerie fonctionnelle, dont la croissance en monnaies locales a bondi de 11,4%.


Bonne dynamique commerciale

La division Goût et Bien-être a connu une augmentation des recettes plus ténue, de 1,3%, à 886 millions. Sur une base comparable, la hausse s'élève à 5,8%. Givaudan revendique de nouveaux contrats et une bonne dynamique commerciale, à l'exception des activités liées à la restauration rapide et la consommation hors domicile, toutes deux affectées par les restrictions imposées pour endiguer la propagation du coronavirus.

Tous les indicateurs publiés par Givaudan battent les attentes moyennes du consensus AWP. La croissance organique dépasse de loin les prévisions les plus optimistes des analystes, qui plafonnaient à +4,6%. La progression des ventes de la division Parfums et Beauté se démarque également du lot.

Aucune prévision n'est fournie pour l'exercice 2021. Le groupe genevois confirme ses objectifs à moyen terme, tablant d'ici 2025 sur une croissance organique entre 4 et 5% et un rendement du flux de trésorerie disponible (FCF) d'au moins 12%.



Bond de la nominative à la Bourse suisse

Les investisseurs faisaient les yeux doux à l'action Givaudan mardi matin, dans le sillage de chiffres au premier trimestre supérieurs aux attentes.A 09h34, la nominative Givaudan bondissait de 3,7% à 3904 francs, dans un SMI en baisse de 0,19%.

La forte dynamique de Givaudan se poursuit sans faille, affirme Vontobel par la plume de son analyste Jean-Philippe Bertschy. Ce dernier est convaincu que le groupe genevois continue à gagner des parts de marché, alors que les concurrents ont leurs propres soucis à régler. La hausse des prix des matières premières de 1% imputable à l'inflation ne constitue pas un problème pour le numéro un mondial des arômes et des parfums.

La véritable poussée des ventes enregistrée par Givaudan entre janvier et mars va renforcer le sentiment des investisseurs, prédit Baader Helvea. Les effets de la reprise post-Covid se font ressentir dans des régions ou des activités qui ont connu des difficultés au plus fort de la crise sanitaire.

Pour l'analyste Andreas von Arx, cette évolution favorable devrait quelque peu calmer les inquiétudes autour du prix des matières premières, dont le niveau devrait augmenter au 2e semestre. Le titre demeure un bon choix pour des investisseurs cherchant une valeur défensive avec une niveau d'entrée élevée.

Les analystes de JP Morgan soulignent notamment la reprise dans les activités Foodservices, qui ont cependant accusé une baisse des recettes de 14,5% au premier trimestre.

Dans la division dévolue aux parfums, l'activité Parfumerie fonctionnelle demeure le principal moteur, grâce à une croissance organique de 11,4%, note la grande banque UBS. La Parfumerie fine demeure solide. La progression organique des ventes devrait porter le titre durant la séance du jours, selon les analystes.

L'action est recommandé à l'achat par toutes les institutions susmentionnées, à l'exception de JP Morgan qui prône "neutral".

Une conférence aux investisseurs est prévue à 10h, celle-ci étant cependant consacrée principalement à la durabilité.(AWP)



Commentaires