Clariant affiche au sortir du trimestre sa volonté de réaliser des acquisitions

Avec des résultats en forte hausse, la direction du groupe projette de nouvelles reprises, ciblant des sociétés aux chiffres d’affaires autour de 100 millions.

Keystone
La performance trimestrielle s'inscrit dans le haut des projections du consensus AWP.

Le chimiste de spécialités Clariant affiche désormais des ambitions chiffrées pour l'ensemble de l'exercice en cours, au sortir d'un premier semestre convaincant. La direction étale aussi son appétit pour de nouvelles acquisitions, après avoir parachevé le toilettage du portefeuille avec la cession des activités dans les pigments.

Sur le seul deuxième trimestre, la firme de Muttenz a enregistré une nouvelle poussée de croissance de 11% à 1,03 milliard de francs. La rentabilité opérationnelle aussi a connu une poursuite de l'embellie constatée sur les trois premiers mois de l'année. La marge Ebitda a gagné 2,2 points de pourcentage à 16,8%, pour un résultat afférent en hausse de 28% à 173 millions, précise le rapport d'étape diffusé jeudi.

La performance trimestrielle s'inscrit dans le haut des projections du consensus AWP. Les analystes consultés articulaient en moyenne un chiffre d'affaires de 997 millions, pour un Ebitda de 162 millions.

Petit bémol dans une partition bien jouée

Sur les six premiers mois de l'année, le bénéfice net s'est envolé de près de 75% à 157 millions. Apuré de la cession annoncée fin juin des activités dans les pigments toutefois, le gain net ne s'est apprécié "que" de 42% à 107 millions La finalisation de la transaction, devisée à plus de 800 millions de francs, est agendée pour l'an prochain.

Le flux de trésorerie disponible s'est par contre tari à 15 millions, contre encore près de 90 millions un an plus tôt.

A 10h40, la nominative Clariant abandonnait 1,7% à 19 francs

Se contentant jusqu'ici d'évoquer une croissance "modérée des ventes en monnaies locales" et un retour à une marge Ebitda "légèrement supérieure aux niveaux d'avant-pandémie", la direction précise à présent ses ambitions. La croissance hors effets de changes doit s'établir dans un couloir de 7 à 9%, consolidation de la coentreprise India Glycols comprise. La marge brute opérationnelle doit, elle, se maintenir entre 16% et 17%.

L'inflation des matières premières demeure un défi pour le chimiste rhénan, qui a observé un renchérissement moyen de 15% sur le seul deuxième partiel. Le groupe s'est fixé pour objectif de répercuter le phénomène en augmentant ses prix de 6% sur l'ensemble de l'année. Il ne lui manquait à mi-parcours plus qu'un point de pourcentage pour rentrer dans les clous.

Liste de courses en construction

Le nouveau directeur général Conrad Keijzer, en poste depuis début janvier, n'a pas caché en téléconférence de presse son appétit pour des acquisitions complémentaires, avec une préférence marquée pour les cibles de reprises présentant des chiffres d'affaires autour de 100 millions. Le responsable scrute les opportunités disponibles pour chacune des trois unités d'affaires restantes: Care Chemicals, Catalysis et Natural Resources.

"Le processus de désinvestissement étant désormais bouclé, la direction a les coudées franches pour s'atteler à la croissance organique", relève Morgan Stanley dans un commentaire.

Si la plupart des analystes saluent tant la performance trimestrielle que le nouvel ordre de marche, certains taclent aussi une anémie persistante du côté des flux de trésorerie. Ce talon d'Achille représente selon Baader Helvea le chantier prioritaire du groupe rhénan après l'optimisation du portefeuille.

A 10h40, la nominative Clariant abandonnait 1,7% à 19 francs, malgré une entame de séance porteuse et en pénultième position d'un SLI en retrait cosmétique de 0,01%. L'action a terminé en recul de 1,63% à 19,02 francs, dans un SLI en hausse de 0,25%. (AWP)

Commentaires