Bénéfice semestriel ajusté attendu à 627 millions pour Julius Bär

Julius Bär publie mercredi 21 juillet ses résultats du premier semestre 2021. Huit analystes ont contribué au consensus AWP.

Keystone
D'après les huit analystes qui ont contribué au consensus d'AWP, les revenus de la banque suisse devraient avoir grimpé.

FOCUS: les analystes pensent que Julius Bär a vu croître ses avoirs sous gestion, grâce à la bonne santé des marchés financiers et l'afflux de nouveaux capitaux. A la faveur d'une bonne activité clients, les revenus devraient avoir grimpé. La marge brute devrait être inférieure à celle de la période correspondante l'an dernier, quand la volatilité des marchés battait son plein.

Le ratio coût/revenu devrait s'être amélioré suite au programme de réduction des coûts. La solidité du capital pourrait entraîner de nouvelles acquisitions, après la levée des interdictions par la Finma, ou profiter aux actionnaires.

OBJECTIFS: La direction tablait en février 2020 sur une marge avant impôts de 25 à 28 points de base, un ratio coût/revenus de 67% ou moins, une croissance annuelle de 10% du bénéfice avant impôts et un ratio de fonds propres de première catégorie avant impôts de 30% au moins d'ici 2022.

Julius Bär comptait également rogner sur les coûts, à hauteur de 200 millions. Les effets devraient commencer à se faire sentir en 2021, avant de se réaliser totalement en 2022. Fin 2020, la banque avait économisé environ 130 millions. Ces mesures ont mené à biffer l'an dernier autour de 300 postes. En 2021, 280 autres postes doivent être supprimés.

POUR MEMOIRE: ce mois-ci Moody's a remonté les notes du gestionnaire de fortune. Le rating de crédit à long terme est passé à A2 de A3.


Julius Bär a accepté en mai de payer près de 80 millions de dollars aux Etats-Unis pour lever les poursuites en lien avec un scandale de corruption au sein de la Fédération internationale de football (Fifa).

Sur les quatre premiers mois de 2021, la masse sous gestion a gonflé de 8,3% à 470 milliards de francs. Cette progression est imputable aux marchés financiers et à l'affaiblissement du franc, principalement face à l'euro, le dollar et la livre sterling. Les entrées nettes d'argent ont contribué à hauteur de 4% sur une base annualisée à la croissance des actifs gérés.

Entre janvier et avril, la marge brute s'est approchée de 90 points de base (pb), alors qu'elle se situait à 95 pb au cours de la même période de 2020. Le rapport entre les coûts et les revenus a atteint 60%, bien meilleur que les 64% d'il y a un an. Pour chaque franc gagné, Julius Bär débourse 60 centimes pour couvrir ses frais.

COURS DE L'ACTION: le titre Julius Bär connaît une tendance haussière après avoir plongé au printemps 2020. Le niveau d'avant-crise d'environ 50 francs a été dépassé, oscillant acuellement autour des 56 francs, soit +9% depuis le début de l'année. (awp)

Commentaires