Article contributeur

La technologie au service de la santé: le cas de l'Inde

Connecting Tomorrow, une chronique de Swissnex. Ce mois-ci par Aparna Kumaraswamy

Keystone
Alors qu’au niveau mondial de nombreuses initiatives dans la Healthtech sont lancées par des géants de la technologie, en Inde elles viennent des start-up.

Les soins de santé en Inde atteignent graduellement le développement qu'ils méritent. L'Inde, qui comprend 28 états et 8 territoires, a une structure fédérale des soins de santé similaire à celle de la Suisse. Cependant, les soins sont répartis entre les hôpitaux privés (70%) et gouvernementaux (30%).

Pays plein de contradictions: plusieurs états disposent d’installations de soins de santé de haute qualité alors que d'autres ne proposent qu’un accès minimal aux soins. Heureusement, la technologie s'est avérée un catalyseur important dans le pays.   

Même si l’émergence des entreprises numériques date de 2008, ce n'est qu'à partir de 2015 que les systèmes numériques de la vente "B2B" et "B2C" se sont imposés.

Avec le Covid-19, les entreprises ont très rapidement adopté le numérique. L'infrastructure fournie et approuvée par le gouvernement indien via des initiatives telles que la National Digital Health Mission (Mission Nationale de Santé Numérique) a été soutenue par six facteurs:

-la pénétration croissante d'internet

-l'utilisation accrue du e-commerce

-les canaux organisés pour des prestations et produits de sois de qualité

-l'évolution du profil des maladies

-l'acceptation chez les consommateurs des technologies numériques

-l'expertise historique dans l'analyse des données

Les technologies ont facilité un déploiement pour assurer la livraison du dernier kilomètre et elles visent actuellement la personnalisation à grande échelle. 

Prestations de soins de santé: nouvelles perspectives, approches 

Alors qu’au niveau mondial de nombreuses initiatives de la Healthtech sont lancées par des géants de la technologie, en Inde elles sont le fait des start-up provenant très souvent du domaine du e-commerce. Ces start-up, surtout dans le domaine de la santé numérique, détiennent une part élevée du marché et jouissent de la confiance des consommateurs. Au cours du seul 1er trimestre 2021 elles ont levé 234,4 millions de dollars.

Le prochain cas d'utilisation important est l'agrégation des prestations de soins de santé. Les entreprises privées B2C de la Healthtech, telles que Practo, Pristyn ou Glamyo, améliorent et rendent plus abordable l'accès aux soins de santé liés aux chirurgies secondaires dans les villes de deuxième ou troisième rang. Practo, à elle seule, a généré plus d’un milliard de dollars de dépenses sur ses plateformes, dont 85% avec des consommateurs finaux.

Feu vert pour la transformation technologique d'un système ancien

Les hôpitaux privés en Inde collaborent désormais avec des agrégateurs de soins de santé B2B à but lucratifs. Ces agrégateurs font l'interface entre les hôpitaux, les innovateurs, les fabricants d'équipement d'origine (FEO), et les distributeurs. Il s'agit ici d'une situation gagnant-gagnant: prix plus bas pour les hôpitaux et accès, pour les FEO, à un vaste réseau d'installations, bien établies et nouvelles.

D'autres avantages comprennent une logistique d'approvisionnement simplifiée, la localisation des marchandises en temps réel, et un service d'après-vente pour de gros volumes de dispositifs médicaux.

L'ouverture de nouvelles voies de collaborations Indo-Suisse: l'accélération des cycles d'innovation

 Le rapport Swiss Medtech de 2020 met l'emphase sur la priorisation des activités dans les pays hors EU pour les fabricants, le commerce et la distribution. Il insiste également sur le besoin de raccourcir les cycles d'innovations sur le marché. Auparavant, l'UE et les Etats-Unis étaient les marchés privilégiés pour le lancement de nouveaux produits qui étaient introduits plus tard sur les marchés de l'Asie et le reste du monde.

Pourtant, l'évolution dans la réglementation (MDR/IVDR) ouvre une nouvelle voie: des start-up suisses, surtout dans le domaine du diagnostic et des dispositifs, peuvent s'associer à des organismes locaux de réglementation (tels le CDSCO en Inde) afin d'assurer la certification et distribution locales et rapides sur les marchés indiens et une entrée rapide sur ceux-ci. 

Compte tenu des expertises historiques de la Suisse dans le domaine de la Medtech, unir ses forces avec l'Inde pour le développement des technologies, la fabrication et la mise à l'échelle accélérés serait un atout immense promouvant la présence suisse dans les marchés du reste du monde.


Version en anglais

Commentaires