Article contributeur

Plan-les-Watches, l’espoir de toute une génération de nouveaux entrepreneurs

Avec Meyrin (Richemont) et les Acacias (Rolex) plus de la moitié du haut de gamme horloger suisse est fabriqué à Genève. Inversion des temps: la montagne retourne en ville! Par Xavier Comtesse

Keystone
Tout en créant des emplois, l'industrie horlogère a doublé sa contribution à la valeur ajoutée du Canton et a massivement produit de la richesse.

En vingt-ans, l’industrie genevoise a changé de visage. Elle a énormément progressé dans l’horlogerie mais aussi dans le secteur des parfums et arômes avec Givaudan et Firmenich qui continuent, avec succès, leur conquête économique mondiale en occupant les places 1 et 3 des entreprises les plus importantes. Mais ce qui est plus surprenant c’est le développement foudroyant de l’industrie horlogère à Genève. Jugez-en par vous-même: tout en créant des emplois, elle a doublé sa contribution à la valeur ajoutée du Canton et a massivement produit de la richesse.

Ainsi, une entreprise comme Rolex génère quatre fois plus de richesse qu’une grande banque comme UBS: 1,2 million (de chiffre d’affaires par employé) contre 300.000 francs à la banque. C’est énorme et quelque part surprenant. Cela change la manière d’appréhender les choses. En Suisse, la pharma et l’horlogerie sont les véritables lieux de création de richesse… et non pas le tertiaire comme on le croit si souvent.

La dernière étude d’Avenir Suisse confirme dans le détail cette réalité: «L’industrie est au cœur de la prospérité suisse.»

Ce qui est encore plus troublant dans cette belle histoire, c’est la naissance d’un quartier horloger tout neuf à Genève

Ce qui est encore plus troublant dans cette belle histoire, c’est la naissance d’un quartier horloger tout neuf à Genève: Plan-les-Watches, qui devient en 20 ans un «haut lieu» de la Haute Horlogerie Suisse. Des grands noms comme Patek Philippe, Vacheron Constantin, Piaget ou Frédérique Constant ont installé leurs manufactures dans cette nouvelle zone industrielle. Avec Meyrin (Richemont) et les Acacias (Rolex) plus de la moitié du haut de gamme suisse est fabriqué à Genève. Inversion des temps: la montagne retourne en ville!

Il faut comprendre cette transformation dans son contexte économique large: en effet cette industrie développe de telles marges que le lieu de production n’est plus si important que cela. L’image est plus importante que les coûts (immobiliers ou salariaux). L’image doit coller au luxe. Et Genève est parfait pour représenter cette image.

Plan-les-Watches est en tous les cas l’espoir de toute une génération de nouveaux entrepreneurs. Car l’ont peut, à nouveau, produire en Suisse. On le savait déjà, ce ne sont pas les coût de production qui comptent le plus dans les affaires mais bien la différence entre ceux-ci et le prix de vente. Faire des marges voilà l’essentiel. Et pour cela il faut raconter des «histoires» crédibles, fortes autour de très bons produits.

Et les Suisses savent le bien : «Savoir Faire» et «Faire Savoir» sont les deux vertus de l’industrie suisse.

A n’en pas douter!

Commentaires

Xavier Comtesse

Mathématicien et membre du Think Tank CODE_IA