Article contributeur

La responsabilité à l'épreuve de la pandémie

L'effort collectif face à l'individualisme. Par Claudine Amstein

Jamais, sans doute, une crise n'aura mis en lumière avec autant d'acuité l'importance de la responsabilité, à la fois individuelle et collective. A une époque où l'humanité glisse vers un individualisme forcené, la pandémie du Covid-19 donne un relief particulier à ce concept. Si notre société est basée avant tout sur la responsabilité individuelle, il faut rappeler que celle-ci doit aussi bénéficier à la société dans son ensemble.

Or, on constate que l'ego l'emporte sur le collectif dans nos sociétés depuis de nombreuses années. Même à l'heure où le monde est secoué par une pandémie sans précédent, qui met en danger un grand nombre d'entre nous, les exemples de comportements individualistes, voire franchement égoïstes, se multiplient. Entre les gens qui portent leur masque n'importe comment, les rassemblements sauvages sur le domaine public, les fêtes clandestines et les restaurants servant à boire et à manger en Suisse romande en douce, comme le relatait la RTS dernièrement, l'intérêt personnel prime.

Il est bien sûr compréhensible que la population exprime un certain ras-le-bol au bout d'une année de pandémie. Il reste que cette dernière n'est de loin pas éradiquée, et que les efforts doivent conséquemment être poursuivis, ensemble.

Le respect de la vie d'autrui devrait aussi pousser chacun à se poser la question de la vaccination.

Aussi ai-je lu avec intérêt l'interview d'Ulli Sigg, parue récemment dans PME Magazine. Cet ancien ambassadeur de Suisse en Chine et en Corée du Nord vit actuellement dans l'Empire du Milieu. L'homme, qui reste un «libéral passionné», observe que l'attitude individualiste des pays occidentaux vis-à-vis de la pandémie est incompréhensible vu de Pékin: «Il faut faire la part des choses entre la protection à tout prix de la sphère privée et les énormes dommages occasionnés par cette pandémie.» Il rappelle que le traçage national a permis à la Chine de maîtriser la pandémie assez rapidement.

Au-delà de la question d'un interventionnisme étatique, fût-il temporaire, une évidence demeure: la responsabilité individuelle commande de se soucier de la collectivité, notamment en s'astreignant scrupuleusement aux gestes barrières et en recourant aux tests. Ce respect de la vie d'autrui devrait aussi pousser chacun à se poser la question de la vaccination, car l'immunité collective ne sera pas atteinte rapidement sans une campagne massive. On pourra alors lever les contraintes auxquelles nous sommes soumis. Cet effort collectif est un moindre mal.

Commentaires

Claudine Amstein

Directrice Chambre vaudoise du commerce et de l’industrie

Les articles suivants pourraient aussi vous intéresser