Article contributeur

La loi Covid-19: solidaire et responsable

La loi Covid-19 est accusée de tous les maux par ses opposants. Pourtant, avec elle, la Suisse a réussi à combiner respect des libertés individuelles et devoir de protection. Par Catherine Lance Pasquier.

Keystone
On aurait pu penser qu’après leur lourde défaite en juin 2021, avec le plébiscite de la loi Covid-19 en votation populaire, les opposants auraient renoncé à ces excès. Ils reviennent pourtant à la charge quelques mois après.

Discrimination, surveillance de masse, vaccination forcée: la loi Covid-19 est accusée de tous les maux et ses opposants ne lésinent pas dans l’utilisation de propos outranciers. La Suisse serait même devenue une «dictature sanitaire». On appréciera le fait que ladite dictature permet l’organisation de deux référendums contre la loi Covid-19 à quelques mois d’intervalle et qu’elle laisse les manifestants vilipender les membres de son gouvernement. On aurait pu penser qu’après leur lourde défaite en juin 2021, avec le plébiscite de la loi Covid-19 en votation populaire, les opposants auraient renoncé à ces excès. Ils reviennent pourtant à la charge quelques mois après. 

Il est difficile de comprendre cet acharnement. Face à la situation sanitaire et économique extraordinaire provoquée par la pandémie de coronavirus, la Suisse a réagi de la meilleure manière possible compte tenu des circonstances. Les dispositifs mis en place ont largement fait leurs preuves, même s’ils n’ont pas pu empêcher certaines situations personnelles extrêmement difficiles. Un soutien conséquent a été apporté aux entreprises et aux personnes les plus touchées par la crise, pour maintenir le tissu économique et sauver le plus possible d’emplois et de PME. La loi Covid-19, qui est, faut-il le rappeler, temporaire, est un élément fondamental de ce succès. Avec elle, la Suisse a réussi à combiner respect des libertés individuelles et devoir de protection. 

La loi Covid-19 constitue notre meilleure protection, tant pour notre santé que pour nos libertés

Dans cette période exceptionnelle, la responsabilité et la solidarité prennent une signification particulière. Le certificat sanitaire suisse, pendant du certificat Covid européen, en est une illustration. Accessible à tout un chacun, que l’on soit vacciné, testé ou guéri, il nous permet de retrouver une vie sociale et culturelle normale et de voyager. Grâce à lui, nous pouvons protéger les autres et éviter ainsi de nouvelles fermetures ou décisions de confinement. Les autorités peuvent aussi moduler rapidement leur réponse à l’évolution de la pandémie. Le Danemark par exemple, qui avait été pionnier dans l’instauration du certificat Covid, le réintroduit au vu de la situation sanitaire qui se détériore. 

Le combat contre le Covid n’est pas terminé. Ce n’est pas le moment de baisser les armes. La loi Covid-19 constitue notre meilleure protection, tant pour notre santé que pour nos libertés. Elle mérite d’être pleinement soutenue.

Commentaires

Catherine Lance Pasquier

FER Genève Directrice adjointe de politique générale