Article contributeur

Augmenter le rendement de son portefeuille

Par Daniel Kalt et James Mazeau

Le contexte actuel semble toujours très peu propice aux investisseurs recherchant à la fois des rendements et de la sécurité. La croissance est élevée et les taux d’inflation augmentent. Pourtant, les taux d’intérêt devraient rester très bas au cours des prochains mois et trimestres en Europe. Même aux Etats-Unis. 

Les prévisions de la Réserve fédérale américaine (Fed) laissent entendre que le premier tour de vis ne pourrait intervenir que fin 2023. Les taux d'intérêt au sein de la zone euro et en Suisse sont négatifs. Comme la Banque centrale européenne et la Banque nationale suisse n’agissent généralement qu’après la Fed, les taux ne se rapprocheront pas de zéro avant longtemps. 

Ce contexte est particulièrement délicat pour les investisseurs qui attendent de leur portefeuille qu’il dégage des revenus permanents. Même si de plus petites économies (Norvège, Canada ou Nouvelle-Zélande) relèvent plus rapidement leurs taux, ces rendements ne suffiront même pas à compenser l’inflation. En clair: le pouvoir d’achat des avoirs placés dans des liquidités ou des obligations à très faibles taux s’érode de manière continue. 

Il faut dès lors diversifier ses liquidités et obligations investment grade avec des placements à plus haut rendement. Les valeurs de croissance des méga-capitalisations technologiques offrent peu de perspective. En revanche, les paiements de dividendes vont retrouver des couleurs au 2e semestre dans d’autres secteurs. 

Il convient de cibler des actions avec des rendements supérieurs à 3,5% et un potentiel de croissance des dividendes supérieur à 3% par an. Nombre de ces entreprises se trouvent en Europe, où le rendement des dividendes à de quoi séduire avec un rendement moyen de 3,1% nettement supérieur à l’inflation. 

La dotation en capital des banques européennes qui distribuent en général la moitié du totale des dividendes en Europe est importante. Elles pourraient donc relancer des distributions normales dès la levée des restrictions réglementaires qui les touchent. Il se pourrait même qu’un rattrapage des distributions non effectuées s’opère. Pour trouver des actions dont les distributions de dividendes devraient immanquablement augmenter, il convient de se tourner vers les entreprises cycliques ou défensives ainsi que vers les valeurs financières.

Il convient de cibler des actions avec des rendements supérieurs à 3,5% et un potentiel de croissance des dividendes supérieur à 3% par an.

Commentaires

Daniel Kalt

UBS Global Wealth Management Chef économiste Suisse

James Mazeau

UBS Global Wealth Management Economiste, Chief Investment Office (CIO)

Devenez vous aussi un acteur de l’Agefi

Devenir un acteur de l'Agefi