Un siège en vue pour la Suisse au Conseil de sécurité de l'ONU

Dans le groupe électif des pays ouest-européens et autres pays, auquel appartient la Suisse, deux sièges sont à repourvoir. En plus de la Confédération, seule Malte est candidate.

Keystone
Le président de la Confédération Guy Parmelin et le ministre des affaires étrangères Ignazio Cassis sont présents cette semaine à New-York pour l'Assemblée générale annuelle de l'ONU.

La Suisse sera vraisemblablement élue en juin prochain au Conseil de sécurité, organe le plus puissant de l'ONU. Le président de la Confédération Guy Parmelin et le ministre des affaires étrangères Ignazio Cassis sont présents cette semaine à New-York pour l'Assemblée générale annuelle de l'ONU.

Le Conseil de sécurité, en charge du maintien de la paix et des questions de sécurité, est composé de 5 membres permanents pourvus du droit de veto (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie) et de dix pays membres élus pour deux ans.

Dans le groupe électif des pays ouest-européens et autres pays, auquel appartient la Suisse, deux sièges sont à repourvoir. En plus de la Confédération, seule Malte est candidate. Aucun autre pays n'a manifesté jusqu'ici sa volonté de concourir.

Le fait que la Suisse devienne membre d'un organe de l'ONU qui peut lancer des opérations militaires ne doit pas faire craindre pour la neutralité de la Suisse, selon Ignazio Cassis. En tant que membre du Conseil de sécurité, "elle occupera des rôles importants dans les domaines humanitaire, budgétaire ou relevant de la paix", lit-on dans un communiqué du Département fédéral des affaires étrangères à l'occasion de l'ouverture de l'assemblée générale.

Ignazio Cassis entend de plus s'engager pour que l'ONU regagne en importance. "La Suisse s'engagera pour les réformes nécessaires, afin que l'ONU soit fin prête pour ce siècle", a-t-il dit à l'agence Keystone-ATS. "Nous tenons aussi notre fonction classique de bâtisseurs de ponts. Nous faisons en sorte que des pays qui ne veulent pas se parler trouvent une voie pour se comprendre."

Conférences

Sur demande du secrétaire général de l'ONU Antiono Guterres, la Suisse organise dans le cadre de l'assemblée, de concert avec la Suède, une conférence sur la crise humanitaire au Yémen. Elle sera coprésidée par Ignazio Cassis et sa collègue suédoise Ann Linde.

Le conseiller fédéral représentera aussi la Suisse à une rencontre ministérielle sur le processus de paix en Libye. Guy Parmelin prendra lui part à une conférence sur les objectifs de développement durable onusiens. (AWP)

Commentaires