Abonnés

Tous les camps opposés à la Lex Syngenta

Disproportionné et inefficace: le contrôle des investissements étrangers soulève une pluie de reproches. Tant les organisations patronales que syndicales se montrent critiques.

KEYSTONE
Le débat sur les investissements étrangers a débuté sous la Coupole fédérale en 2018, peu après le rachat de Syngenta par Chemchina.
Syngenta, Swissport ou encore Gategroup. Face au rachat d’entreprises suisses par des groupes chinois parfois proches du pouvoir, le Parlement a décidé d’agir dans un souci de sécurité publique. Il a validé, en 2020, le principe d’un contrôle sur les investissements étrangers. En consultation jusqu’au 9 septembre, le projet de loi, aussi appelé Lex Syngenta, ne fait pas l’unanimité. Il est rejeté tant par economiesuisse que le Centre patronal. L’Association suisse des banquiers et l’Union pat...

Vous devez avoir un compte utilisateur pour lire cet article