Abonnés

Sanctions financières russes: quelle marge de manœuvre pour les banques suisses?

Banques et gestionnaires de fortune ne sont plus tenus de respecter leur mandat de gestion vis-à-vis des entreprises et entités ayant des liens étroits avec Poutine. Décryptage des limites de cette règle.

keystone
Les actifs en mains russes gelés en Suisse atteignent 6,3 milliards de francs en lien avec la guerre en Ukraine, d’après le Secrétariat d’Etat à l’économie (Seco). Ils concernent les avoirs de plusieurs centaines de personnes, entités et entreprises ayant des liens étroits avec le président russe, Vladimir Poutine, qui sont nommément visées par les sanctions. Une fois ces actifs bloqués, banques et gestionnaires de fortune disposent d’un pouvoir d’action très limité, selon la loi sur les emba...

Vous devez avoir un compte utilisateur pour lire cet article