Plus haut historique pour les exportations suisses au deuxième trimestre

Les livraisons à l'étranger ont affiché une progression de 3,2%. Il s'agit de la quatrième hausse trimestrielle consécutive depuis la chute enregistrée au début de la pandémie de coronavirus.

Keystone
La croissance des exportations s'explique pour les trois quarts par le dynamisme des produits chimiques et pharmaceutiques.

Les exportations suisses ont franchi pour la première fois la barre des 60 milliards de francs au deuxième trimestre 2021. Le dynamisme du commerce extérieur helvétique s'est confirmé pour la quatrième fois consécutive. La balance commerciale a bouclé sur un excédent de 11,5 milliards de francs, un chiffre jamais enregistré auparavant.

Sur une base désaisonnalisée, les livraisons à l'étranger ont affiché une progression de 3,2%, ou de 1% corrigé de l'inflation (réel), à 60,45 milliards de francs, indique mardi l'Administration fédérale des douanes (AFD). L'Europe a soutenu la croissance, alors que l'Asie et l'Amérique du Nord ont essuyé des replis.

La croissance des exportations s'explique pour les trois quarts par le dynamisme des produits chimiques et pharmaceutiques. Les produits immunologiques ainsi que les matières premières et de base ont soutenu la croissance de ce segment, alors que le sous-segment "principes actifs" a essuyé un repli.

Les ventes à l'étranger de métaux et de l'horlogerie ont également poursuivi sur leur lancée, même si leur rythme a ralenti comparé aux trimestres précédents. La bijouterie et joaillerie a accusé une deuxième baisse trimestrielle consécutive, tout comme le segment machines et électronique, qui s'est affiché en légère baisse.

L'Europe a soutenu la croissance

Parmi les principaux marchés, la Suisse a profité de l'intérêt pour ses produits de la part de l'Espagne, de l'Allemagne, du Royaume-Uni ainsi que de l'Autriche et de la Belgique. A l'inverse, les exportations ont diminué vers l'Asie, principalement à cause de la Chine, alors que le Japon et Singapour restaient de bons clients. En Amérique du Nord, les ventes ont diminué aux Etats-Unis.

Les importations se sont inscrites en hausse de 3,8% sur une base désaisonnalisée à 48,93 milliards de francs. Corrigée de l'inflation, la hausse est de 1,2% (réel) sur un an. Ici aussi, la pharma et la chimie ont porté les volumes, au même titre que les métaux, qui ont retrouvé leur niveau d'avant-crise, et les produits énergétiques.

Les importations de véhicules ont reculé, une baisse a été essuyée pour les voitures de tourisme et les utilitaires, tout comme celles des bijoux et de la joaillerie.

L'Espagne s'est distinguée comme un marché d'approvisionnement en croissance pour la Suisse, avec une hausse d'un cinquième des importations. La France, l'Autriche et le Royaume-Uni ont également vu leurs livraisons vers la Suisse augmenter, tout comme les Etats-Unis et la Corée du Sud.

A l'inverse, les importations en provenance d'Irlande ont massivement reculé, tout comme celles de Singapour, de l'Australie ainsi que de l'Arabie saoudite et des Emirats arabes unis. (awp)

Commentaires