Les Suisses sont préoccupés par le Covid, le réchauffement climatique et la prévoyance vieillesse

Deux personnes sur cinq mentionnent la pandémie parmi leurs cinq principales préoccupations, selon le baromètre de Credit Suisse. L'année passée, elles étaient une sur deux.

Keystone
Alors que la confiance dans la politique avait augmenté au début de la pandémie, elle diminue à nouveau: 63% font confiance au Conseil fédéral, soit 5 points de pourcentage en moins.

Le coronavirus reste la principale préoccupation des Suisses en 2021. Il est toutefois talonné par le changement climatique et la prévoyance vieillesse, selon le dernier baromètre de la banque Credit Suisse.

Deux personnes sur cinq mentionnent la pandémie parmi leurs cinq principales préoccupations, écrit la banque dans un communiqué diffusé jeudi. L'année passée, elles étaient une sur deux (51%).

Credit Suisse souligne que, pour la première fois, c'est un trio qui arrive en tête des préoccupations. Le réchauffement climatique et la prévoyance vieillesse sont une préoccupation principale de près de deux sondés sur cinq (39%). La part des personnes qui se préoccupent du climat a fortement augmenté (+10 points de pourcentage).

Derrière ce trio de tête, viennent ensuite les relations avec l'UE (33%) et l'augmentation des coûts de la santé et des primes d'assurance maladie (25%). Les inquiétudes relatives aux étrangers et à l'asile se classent en 6e et 7e positions.

Influence des marches pour le climat

La part de ceux qui considèrent le chômage comme un problème a fortement diminué, passant à 14%. "Les thèmes de préoccupation classiques comme le chômage ou la migration semblent lentement passer à l'arrière-plan. Les sujets qui visent la justice sociale ont le vent en poupe", relève Cloé Jans de l'institut gfs.bern, citée dans le communiqué. Elle ajoute que la question est de savoir s'il s'agit d'un changement de fonds ou simplement d'un phénomène de mode.

Mme Jans souligne que, en ce qui concerne les thèmes comme l'environnement ou l'égalité, la tendance devrait se poursuivre car ce sont des valeurs bien ancrées, en particulier au sein de la jeune génération.

Réserves sur le fédéralisme

Comme l'an passé, près de deux tiers des sondés (65%) jugent leur situation économique "bonne" ou "très bonne". Trois quarts estiment qu'ils pourront au moins maintenir leur situation. La part de ceux qui s'attendent à une détérioration de leur situation économique est revenue à son niveau d'avant la pandémie, soit 10%.

Alors que la confiance dans la politique avait augmenté au début de la pandémie, elle diminue à nouveau: 63% font confiance au Conseil fédéral, soit 5 points de pourcentage en moins. La confiance dans le Parlement et l'administration a également diminué.

Dans l'ensemble, le sondage donne de bonnes notes au système politique: 57% estiment que la Suisse maîtrise mieux la pandémie que d'autres pays. Reste que dans le détail, les Suisses se sont montrent critiques: 63% souhaitent que la Confédération ait plus de compétences en cas de crise, les cantons moins. Et 55% qualifient d'insuffisante la gestion de la crise lors de la deuxième vague, l'automne dernier.

Pour établir le baromètre des préoccupations 2021, l'institut gsf.bern a interrogé entre juillet et août 1722 personnes issues de toute la Suisse. La marge d'erreur est de plus ou moins 2,3 points de pourcentage. (AWP)

Commentaires

Les articles suivants pourraient aussi vous intéresser