Abonnés

La Suisse cherche une parade à l’impôt minimal sur les sociétés

Le Conseil national a accepté un postulat qui vise à ce que la place économique helvétique ne perde pas de son attractivité pour les multinationales avec la réforme de l’OCDE.

Keystone
La présidente du Conseil national, Irene Kaelin, a ouvert une session de printemps sans masque ni paroi en plexiglas.
La réforme fiscale de l’OCDE ne doit pas empêcher la Suisse de rester attractive pour les multinationales. Le Conseil national a accepté mardi un postulat en ce sens par 123 oui et 65 non. Seuls les Verts et les socialistes s’y sont opposés. «Ce texte s’avère inutile. Le gouvernement examine déjà la question», a plaidé en vain, lors du débat, l’élu socialiste Samuel Bendahan. Ainsi, pour chaque franc d'impôt supplémentaire prélevé en application de la réforme internationale, une contribu...

Vous devez avoir un compte utilisateur pour lire cet article