Abonnés
Article contributeur

Violation du cyber-espace

Sécurité. La recrudescence des actes malveillants n’entraînera pas une guerre informatique généralisée.

«Soldats américains. Nous arrivons, surveillez vos arrières. ISIS.» Cet étrange message est apparu dans la journée de lundi sur le compte Twitter du commandement de l’armée américaine au Moyen-Orient et en Asie centrale, CentCom. La bannière, les photos de profil et de nombreux messages sont modifiés. Avec toujours la même revendication: l’allégeance à l’Etat islamique. Œuvre d’un groupuscule dénommé CyberCaliphate, ce piratage démontre la capacité d’action ciblée et professionnelle des djiha...

Vous devez avoir un compte utilisateur pour lire cet article