Swiss Re renoue avec les profits au premier semestre

Le réassureur Swiss Re communique vendredi un bénéfice net de 1 milliard de dollars, après une année 2020 dans les chiffres rouges.

Keystone
Le bénéfice net de Swiss Re a largement dépassé les attentes des analystes.

Après avoir plongé l'an passé dans le rouge du fait de charges liées à la pandémie de coronavirus, Swiss Re a comme attendu renoué avec les profits au premier semestre 2021. Encaissant des primes et revenus en hausse, le réassureur zurichois a dégagé un bénéfice net de 1,04 milliard de dollars (930 millions de francs), contre une perte nette de 1,13 milliard à fin juin 2020.

Hors charges et prétentions relevant de la pandémie de Covid-19, lesquelles ont chuté en l'espace d'un an de 2,5 milliards de dollars à 825 millions, le bénéfice net du groupe s'est inscrit à 1,73 milliard de dollars, indique vendredi le numéro deux mondial de la réassurance, derrière l'Allemand Munich Re.

A l'échelle du groupe, les primes nettes acquises et les honoraires ont augmenté de 7,6% en un an à 20,8 milliards de dollars. A taux de change constants, la progression s'est inscrite à 3,2%.

Le rendement des investissements (ROI) s'est hissé à 3,2%. Le résultat des placements a été largement alimenté par les revenus récurrents ainsi que par des gains de valorisation des actions.

Bien mieux qu'attendu

La performance de Swiss Re a dépassé les attentes des analystes sondés par AWP, le bénéfice net explosant les anticipations.

Entre janvier et fin juin, les pertes liées au Covid-19 ont surtout pesé sur les activités de réassurance d'affaires vie et santé (L&H Re) en raison des décès, l'impact sur les couvertures de dommages se révélant minime. Dans ce dernier segment, les charges en lien avec la crise sanitaire devraient atteindre un montant inférieur à 200 millions pour le restant de l'année, prévoit Swiss Re.

Concernant les récentes inondations ayant submergé plusieurs régions en Europe ainsi que les troubles sociaux en Afrique du Sud, Swiss Re anticipe une perte de plusieurs millions de dollars. Ce montant devrait rester dans les limites des prévisions de gros sinistres pour le 3e trimestre.

Les affaires de couverture dommages de l'unité Property and Casualties (P&C) ont affiché un résultat net de 1,25 milliard de dollars, contre une perte de 519 millions à fin juin 2020. Atteignant 521 millions, les pertes liées aux catastrophes naturelles, essentiellement la tempête hivernale Uri aux Etats-Unis, sont restées conformes aux prévisions.

Affaires vie et santé dans le rouge

Toujours très scruté des analystes, le ratio combiné, soit le rapport entre d'une part les primes encaissées et les coûts d'autre part, s'est fortement amélioré, passant de 115,8% à 94,4%. Celui de Corporate Solutions (CorSo), le segment de l'assurance directe pour les entreprises, s'est fixé à 92,7%, contre 118,7% à fin juin 2020.

L&H Re a essuyé une perte de 119 millions de dollars, un débours lié aux charges de 810 millions consécutives à la crise sanitaire. Pour le reste de l'année, une nouvelle diminution de ce coûts est attendue à la faveur des progrès intervenant dans les campagnes de vaccination.

CorSo a enregistré un bénéfice net de 262 millions de dollars, contre une perte nette de 312 millions un an auparavant. Les charges dues aux catastrophes naturelles ont atteint 155 millions.

Dans le cadre du renouvellement des contrats, Swiss Re a réussi à améliorer encore la rentabilité de son portefeuille, a inidiqué à AWP son directeur financier (CFO) John Dacey, signalant que les tarifs ont été relevés de 4% en moyenne. De manière générale, le marché est de plus en plus conscient que les coûts des sinistres sont plus élevés qu'auparavant.


Couverture lacunaire

Selon le responsable, la hausse des prix dans la réassurance s'explique notamment par la persistance de lacunes importantes en matière de couverture. Les inondations qui ont eu lieu en Allemagne en juillet ont montré qu'environ la moitié des polices d'assurance bâtiment n'incluaient pas ce risque. "Je ne serais pas surpris que ce risque soit davantage couvert à l'avenir", a déclaré M. Dacey.

Un déficit similaire s'observe dans d'autres domaines, a-t-il poursuivi, évoquant les risques de tremblement de terre. Et dans le sillage de la pandémie de coronavirus, les risques de santé et partant, les activités d'assurance-vie qui y sont liées, devraient gagner en importance, estime le CFO.

La plupart des analystes ont souligné des résultats supérieurs aux attentes. De plus, l'évolution favorable des ratios combinés pour P&C et CorSo laissent apparaître une performance d'une qualité rare, même si certains experts jugent la base de capitaux propres quelque peu décevante.

Lanterne rouge du SMI

A la Bourse suisse, l'action Swiss Re était à la peine, chutant vers 15h30 de 3,3% à 81,98 francs, lanterne rouge d'un SMI en hausse de 0,36%. Le titre a clôturé à 82,02 francs (-3,23%). (AWP)



Commentaires

Les articles suivants pourraient aussi vous intéresser