Polyphor repousse à fin août la décision sur son avenir

Annoncée pour juillet, la décision sur l'avenir de Polyphor est reportée à la fin août. Le nombre de postes concernés par la restructuration est revu à la baisse.

Keystone
Victime fin juin d'un échec clinique avancé avec son balixafortide en combinaison contre le cancer du sein, Polyphor avait annoncé le 16 juillet la suppression de 29 postes.

Le conseil d'administration de Polyphor s'offre un délai supplémentaire pour statuer sur l'avenir du laboratoire, placé sur la sellette par l'échec fin juin d'un programme clinique avancé sur le balixafortide contre le cancer du sein. La décision était jusqu'ici agendée à fin juillet.

Dans l'intervalle, le nombre de réductions de postes envisagé pour limiter la dépense a été ramené à l'issue de la procédure de consultation à "environ 20", contre 29 évoqués initialement, ajoute un communiqué diffusé vendredi. Polyphor emploie pour l'heure une cinquantaine d'employés fixes.

La société avait reconnu il y a un mois n'avoir pas constaté d'amélioration sur le taux de réponse objectif des patientes traitées avec une combinaison de balixafortide et d'éribuline, par rapport à une administration d'éribuline seule en ligne subordonnée de traitement.

Unique autre produit du portefeuille clinique, le POL6014 conçu pour le traitement de la fibrose et d'autres maladies pulmonaires a été cédé en 2018 au voisin Santhera.

Polyphor mène encore des recherches précliniques sur des antibiotiques prometteurs contre les résistances qui grèvent l'efficacité de cette classe de médicaments. (AWP)

Commentaires