Abonnés

«Agriculteur, meunier et boulanger, tout le monde exige des hausses de prix»

Comment l’explosion des coûts de production du groupe vaudois Minoteries se répercute sur le prix du pain. Les explications du directeur Alain Raymond.

KEYSTONE
Le groupe Minoteries transforme environ 132.000 tonnes de céréales par an sur ses cinq sites de production en Suisse.
L’explosion des coûts de production revient fréquemment dans la bouche d’Alain Raymond, directeur de Minoteries. Matières premières, énergies et logistique ont pris l’ascenseur, avec la guerre en Ukraine. Au cours des six premiers mois de l’année, le meunier a dégagé un bénéfice stable à 2,55 millions de francs. Il a pu compenser cette explosion des coûts par une hausse des prix de la farine réalisée en fin d’année passée ainsi que par des économies sur ses charges de personnel et d’exploitat...

Vous devez avoir un compte utilisateur pour lire cet article