Article contributeur

Michel Longhini: «La blockchain permettra de réaliser des économies substantielles»

Edmond de Rothschild rejoint la plateforme Wecan Comply, lancée officiellement mercredi.

Michel Longhini, responsable de la banque privée chez Edmond de Rothschild.
Michel Longhini, vous êtes responsable de la banque privée chez Edmond de Rothschild. Votre groupe rejoint la plateforme Wecan Comply, lancée officiellement mercredi, qui veut faciliter les flux de données entre les gérants indépendants et leurs banques dépositaires. Est-ce le premier investissement d’Edmond de Rothshild dans la blockchain? Quel est le budget d’un tel développement?  
 
C’est en effet la première utilisation de la blockchain pour notre groupe. Face à la complexité réglementaire, notre souhait est de fiabiliser et d’organiser le flux des données de compliance. Pour ce premier investissement dans la «regtech», il était important pour nous de faire partie du tour de table initial et d’être partenaire de l’ensemble du projet Wecan Comply. Des banques majeures de la place financière genevoise comptent parmi les membres fondateurs, comme nous, ce qui donne de la crédibilité à la plateforme. L’abonnement annuel pour l’accès à la plateforme est un bon modèle, il dépend du nombre de gérants externes actuels et futurs de notre groupe, qui seront connectés.
 
Quel est pour Edmond de Rothshild le pourcentage des actifs des gérants externes et dans quelle proportion Wecan Comply permettra son augmentation?
 
Il atteint 15% des actifs gérés, soit une proportion supérieure à la moyenne de secteur, que nous entendons encore développer. Wecan Comply nous permettra de réaliser des gains de productivité, donc d’accueillir un nombre supérieur de gérants externes, sans augmenter nos équipes. En tant que banque dépositaire, notre interaction avec les gérants de fortune indépendants, qu’ils soient des family offices avec la licence d’opération, ou des multifamily offices de toutes catégories, sera facilitée grâce à Wecan Comply. La blockchain permettra aussi à ces partenaires incontournables de réaliser des économies de coûts substantielles, d’augmenter leur efficacité opérationnelle et de poursuivre ainsi leur professionnalisation.  
 
Quels sont les autres domaines d’innovation incluant la blockchain dans lesquels Edmond de Rothshild investit?
 
Nous travaillons sur de nombreux sujets avec l’utilisation de la blockchain, dont le point commun est la dématérialisation de certains de nos processus, tout au long du «cycle de vie client.» L’entrée en relation («onboarding»), la gestion de la documentation incluant les nombreuses mises à jour et les justifications des transactions, entrainent de nombreuses interactions avec le client, qui peuvent lui sembler «pesantes» à tous les stades. Simplifier, dématérialiser, sécuriser sont vraiment les principaux avantages de la blockchain dans tous ces processus. Par ailleurs, nous restons très attentifs au développement de la tokénisation des offres d’investissement sur actifs réels, tels que l’immobilier et nous analysons les autres initiatives, qui commencent à émerger sur la place financière genevoise. La structuration et la gestion des actifs immobiliers est une activité importante chez Edmond de Rothshild et la blockchain pourrait nous permettre de créer un modèle d’émission et de détention très adapté à ce genre d’actif illiquide.   


Une plateforme pour simplifier la compliance

Wecan Comply est la nouvelle plateforme de compliance, lancée ce mercredi, pour les banques privées et les gérants de fortune indépendants, basée sur la technologie blockchain, développée par WeCan Group, «regtech» à Genève. Son but est de fluidifier les partages de données et de documents entre les gérants indépendants et les banques dépositaires grâce à la blockchain. Parmi les banques privées, qui ont participé à la construction de la plateforme, figurent Edmond de Rothschild, Pictet, Lombard Odier et Hyposwiss, explique Vincent Pignon, CEO de WeCan Group, à L’Agefi. D’autres banques seront annoncées dans les prochaines semaines. En ce qui concerne les gérants de fortune, les membres de l’ASWM (Alliance of Swiss Wealth Managers), Capitalium, Pleion et des experts réglementaires (avocats, auditeurs et membres d’organismes de surveillance), selon le CEO de WeCan Group dont l’investissement en R&D dépasse un million de francs suisses ces 18 derniers mois. A l’exception de la participation capitalistique d’Hyposwiss (actionnaire de WeCan Group depuis deux ans), la démarche de la dizaine de banques privées et de la cinquantaine de gérants indépendants a pris la forme d’une co-construction durant un an et demi et d’engagements d’utilisation pour plusieurs années à venir.


Elsa Floret