Le directeur de Naturalps rachète la totalité de la société

Avec le départ de la cofondatrice de l’entreprise basée à Montreux, le CEO a opté pour un management buyout plutôt que se tourner vers des investisseurs externes.

Ludovic Simon dirige Naturalps, une entreprise basée à Montreux qui développe des produits cosmétiques sur mesure pour des marques.
«Je n’étais pas prêt à devoir rendre des comptes à quelqu’un.» Ludovic Simon, CEO de Naturalps, a alors procédé à une opération de management buy out (MBO) de la société cofondée avec Aurélie Tulot, qui a décidé de réorienter sa carrière professionnelle, a appris mercredi L'Agefi. En 2009, les deux chimistes ont créé Naturalps et se sont spécialisés dans la production de cosmétiques. Dans leur laboratoire basé à Montreux, l’entreprise développe des produits personnalisés ou clé en main p...

Vous devez avoir un compte utilisateur pour lire cet article

«Je n’étais pas prêt à devoir rendre des comptes à quelqu’un.» Ludovic Simon, CEO de Naturalps, a alors procédé à une opération de management buy out (MBO) de la société cofondée avec Aurélie Tulot, qui a décidé de réorienter sa carrière professionnelle, a appris mercredi L'Agefi. En 2009, les deux chimistes ont créé Naturalps et se sont spécialisés dans la production de cosmétiques. Dans leur laboratoire basé à Montreux, l’entreprise développe des produits personnalisés ou clé en main pour les marques, et s’occupe de les faire produire en Suisse.

La reprise d’une entreprise par un membre de sa direction n’est pas rare en Suisse pour les petites et moyennes structures, selon Xavier Fromaget, directeur de Pme successions. «Cette solution est fréquemment la première option que nous suggérons à nos clients», explique le nouveau directeur du cabinet de conseils qui a accompagné la transition de Naturalps.

Pourtant, les deux fondateurs avaient d’abord privilégié la recherche d’investisseurs externes. «Cela semblait être la meilleure solution pour trouver des acquéreurs à la hauteur de ce que l’on attendait en termes de valorisation de la société. Cependant, dès le moment où les premières offres sont arrivées, j’ai réalisé que, en vérité, je ne voulais pas prendre le risque de changer l’environnement de travail et la politique de Naturalps», affirme Ludovic Simon. La venue d’un acteur externe peut remettre beaucoup de choses en question, parfois jusqu’à la localisation de l’entreprise, confirme Xavier Fromaget. «L’opération de MBO est ainsi un gage de pérennité», souligne-t-il. La transaction a bénéficié d’un soutien bancaire.

Avec 14 employés sous sa responsabilité, Ludovic Simon est confiant quant à l’avenir de sa société. «Forcément, il y a toujours une part de risque. La pandémie nous a montré que rien n’est jamais acquis», explique celui qui a vu son chiffre d’affaires de presque 7 millions en 2019 reculer de 30% l’année suivante. Le directeur affirme être cependant sur la bonne voie pour retrouver le niveau d’avant la crise sanitaire. Naturalps compte environ 60% de sa clientèle sur le territoire chinois. «Le savoir-faire suisse est vendeur et notre clientèle asiatique recherche précisément des produits «made in Switzerland», déclare le directeur, dont l’entreprise propose des cosmétiques haut de gamme. Il prévoit de continuer son expansion sur le marché chinois, notamment via l’implantation d’un bureau commercial à Shanghai. 


Précisions apportées le 11 juin à 13h30. 


La société compte actuellement 14 employés.

Commentaires

Justine Fleury