Lonza investit 650 millions de francs à Viège

Le groupe rhénan va créer une nouvelle ligne de production cellulaire sur son site valaisan.

Keystone
300 nouveaux emplois seront créés à Viège.

Le sous-traitant de l'industrie pharmaceutique Lonza va investir 850 millions de francs dans la construction de deux nouvelles lignes de production cellulaire à Viège et à Porstmouth, aux Etats-Unis. Trois cents nouveaux emplois seront créés dans le Haut-Valais.

Le groupe rhénan va créer des lignes de production cellulaire "à grande échelle" à Viège, où six bioréacteurs d'une capacité de 20'000 litres chacun seront placés dans une installation élargie de 27'500 m2. Le volet valaisan, qui devra être achevé en 2024, va constituer un investissement total de 650 millions de francs et va permettre la création de 300 nouveaux emplois, d'après un communiqué publié jeudi.

"Ces derniers mois, la pandémie a mis un coup de projecteur sur les chaînes d'approvisionnement et sur le rôle crucial des sous-traitants pour assurer la production de médicaments, affirme le patron de Lonza Pierre-Alain Ruffieux. L'expansion de ces sites de production, petits et grands, permettra à Lonza de fournir des services qui soutiendront ses clients dans le moyen et long terme".

Dans la foulée de cette annonce, le Conseil d'Etat valaisan a salué la décision de l'entreprise de poursuivre son investissement à Viège. Il a aussi indiqué qu'"il favorisera notamment le recrutement de personnel dans le Bas-Valais en adaptant l’offre de formation disponible aux qualifications recherchées dans ce secteur hautement spécialisé".

Une annonce qui vise à soutenir la firme à recruter dans un marché tendu. Lonza, qui engage à tour de bras après avoir déjà ouvert 1200 postes en début d'année, fait face à une pénurie de main-d'oeuvre qualifiée.

Extension aussi à Portsmouth

En parallèle, le groupe bâlois injectera 200 millions de francs dans l'extension de ses capacités de production à Portsmouth, afin de "soutenir le développement et la fabrication de produits en phase clinique et commerciale avancée".

Les travaux devraient s'achever en 2023. Jusqu'à huit bioréacteurs de 2000 litres chacun seront installés sur une surface totale de 3000 m2.

WIWA aussi dans le Valais romand

Dans le Haut-Valais, le programme de développement régional WIWA lancé il y a trois ans aide les entreprises à recruter des spécialistes étrangers grâce à des mesures prises dans des domaines tels que la garde d'enfants, l'information, le marketing régional ou l'intégration.

Il met aussi en avant les paysages, les activités au grand air et la qualité de vie, des arguments qui font mouche puisqu'un sondage montre que la moitié des recrutés viennent avec leur famille, un ou deux enfants en bas âge.

Fort de son succès, le projet WWA s'étend aujourd'hui au Valais romand, a indiqué jeudi dans un communiqué l'Antenne Région Valais romand (ARVr). Porteuse du projet, elle constate que "le Valais romand connaît également une croissance économique importante, dans les secteurs des services notamment, mais aussi dans les technologies de l'information, des sciences de la vie, de l'innovation et de l'industrie. (awp)

Washington favorable à la levée des brevets sur les vaccins

Les Etats-Unis ont annoncé mercredi qu'ils étaient favorables à la levée des brevets sur les vaccins anti-Covid-19. Le patron de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a salué sur Twitter une "décision historique".

"Il s'agit d'une crise sanitaire mondiale et les circonstances extraordinaires de la pandémie du Covid-19 appellent à des mesures extraordinaires", a souligné la représentante américaine au commerce Katherine Tai, soulignant l'urgence de la situation.

Le gouvernement américain "croit fermement aux protections de la propriété intellectuelle, mais pour mettre fin à cette pandémie, elle soutient la levée" des brevets sur les vaccins anti-Covid-19, a justifié Mme Tai. Washington va participer "activement" aux négociations menées à l'Organisation mondiale du commerce pour permettre la levée de ces brevets.

La directrice générale de l'OMC, Ngozi Okonjo-Iweala, a, elle-même, fait de l'accès aux vaccins une priorité pour son organisation.

Commentaires