Les prix à la consommation sont restés stables en septembre

L'Office fédéral de la statistique (OFS) ne note pas d'inflation en septembre sur un mois, mais le renchérissement a atteint 0,9% sur un an.

Keystone
L'habillement et chaussures (+3,2%) a enregistré une forte hausse des prix sur un mois, à relativiser toutefois, dans la mesure où ils restent en repli sur un an (-2,2%).

Les prix à la consommation sont restés stables en septembre par rapport au mois précédent, mais sur un an le renchérissement a atteint 0,9%. L'indice (base 100 en décembre 2020) s'est établi à 101,3 points le mois dernier, a précisé lundi l'Office fédéral de la statistique (OFS).

L'inflation sous-jacente, hors produits frais saisonniers, énergie et carburants, a progressé de 0,1% sur un mois et de 0,5% sur un an. L'indice correspondant s'est établi à 100,6 points.

La stabilité des prix sur un mois est le fruit de deux mouvements opposés qui se sont équilibrés, a précisé l'OFS dans un communiqué. Alors que les prix de l'habillement et des chaussures ont progressé, de même que ceux du transport aérien et du mazout, les tarifs des voyages à forfait internationaux et de la location de véhicules personnels ont diminué.

Habillement et chaussures en hausse

L'habillement et chaussures (+3,2%) a enregistré une forte hausse des prix sur un mois, à relativiser toutefois, dans la mesure où ils restent en repli sur un an (-2,2%). L'alimentation et boissons a vu ses prix reculé de 0,5% sur un mois et de 1,7% sur un an. Les restaurants et hôtels ont essuyé un repli de 0,1% des prix sur un mois, mais une hausse de 1,5% sur un an.

Les prix à la consommation ont évolué de manière différente selon l'origine des biens. Sur un mois, les prix des produits indigènes ont reculé de 0,1%, alors que pour les produits importés ils ont augmenté de 0,3%. En comparaison annuelle, les premiers ont renchéri de 0,6% tandis que les seconds ont enflé de 2,0%.

Par type de produits, les services ont renchéri de manière moins marquée que les biens, tant sur un mois (-0,1% vs +0,1%) que sur un an (+0,8% vs +1,2%).

La situation en zone euro est beaucoup plus tendue qu'en Suisse, avec un taux d'inflation de 3,4% sur un an en septembre, au plus haut depuis 13 ans, en raison de la flambée des prix de l'énergie, selon Eurostat. La Banque centrale européenne (BCE) s'attend à une accélération des prix de 2,2% en 2021, puis 1,7% en 2022.

De son côté, la Banque nationale suisse (BNS) table sur une inflation modérée de 0,5% cette année et de 0,7% en 2022.(AWP)

Commentaires

Les articles suivants pourraient aussi vous intéresser