Article contributeur

Le pop-corn version gourmet

Be Popcorn. La start-up privilégie comme point de vente les épiceries fines plutôt que les grandes chaines de magasins.

Le temps des machines à pop-corn parcourant les rues est révolu. À présent, les marques spécialisées dans le maïs soufflé tentent de se différencier. La tendance healthy et le produit gourmet s’invitent petit à petit sur les rayons des magasins.La start-up vaudoise Be Popcorn s’est lancée dans ce marché. Officiellement dans le business depuis cette année, l’entreprise confectionne des popcorns déclinés sous plusieurs arômes pour en faire au final un produit de qualité. «Nous voulons proposer ...

Vous devez avoir un compte utilisateur pour lire cet article

Le temps des machines à pop-corn parcourant les rues est révolu. À présent, les marques spécialisées dans le maïs soufflé tentent de se différencier. La tendance healthy et le produit gourmet s’invitent petit à petit sur les rayons des magasins.

La start-up vaudoise Be Popcorn s’est lancée dans ce marché. Officiellement dans le business depuis cette année, l’entreprise confectionne des popcorns déclinés sous plusieurs arômes pour en faire au final un produit de qualité. «Nous voulons proposer quelque chose de subtile en terme de goût, explique Constance Legrain, créatrice de Be Popcorn. Notre particularité est de proposer un produit sain, sucré et salé. Nous voulons jouer sur les arômes 100% naturel, en ne dénaturalisant aucun produit utilisé.»

La tendance du pop-corn gourmet vient tout droit des Etats-Unis, ou des centaines de magasins proposent ce produit décliné sous différent formes. Véritable effet de mode, l’actrice Scarlett Johanson vient d’ailleurs d’ouvrir une boutique de pop-corn à Paris. «Le pop-corn gourmet existe depuis au moins cinq ans dans les pays anglophone. Le terme gourmet vient du fait qu’on habille le pop-corn d’un arôme ou d’une épice, et non simplement de sucre ou de sel.»

Ne possédant pas encore de boutique, les produits de la start-up vaudoise sont distribués dans plusieurs points de vente à Genève et Lausanne, notamment dans des épiceries fines. Outre ces points de vente fixes, Be Pop-corn participe aussi à diverses manifestations, comme le prochain Festival Tout Ecran à Genève. L’entreprise propose aussi un service traiteur lors de cérémonies ou apéros. Son site est également un moyen de financement puisqu’il fait office de e-commerce.

«Nous avons terminé la phase embryonnaire du projet, en élaborant notamment les recettes de popcorn avec des chefs cuisiniers. Aujourd’hui, nous vendons quatre sortes de popcorns, en deux tailles différentes. Cette phase de lancement de produit s’est révélée concluante.»

Alors qu’elle n’est qu’à ses balbutiements, l’entreprise affiche toutefois une volonté de ne pas se lancer immédiatement dans la grande distribution. Un choix justifié par l’image que la jeune entreprise veut se donner «Nous ne voulons pas toute de suite aller dans les grandes chaînes de magasins. Pour l’instant, nous voulons nous différencier aussi bien dans les goûts que sur les points de vente. Nous ne voulons pas être tout public et être présent dans les stations de service par exemple. Par contre, dans notre processus de développement, nous projetons d’ici un an de contacter des magasins comme Globus ou Manor.»

L’équipe de Be Popcorn est composée de cinq membres, dont deux co-fondateurs qui ont investi leur propre fond pour la création de l’entreprise. Une équipe diversifiée où les membres proviennent de différents horizons. «Nous sommes des jeunes gradués. Trois d’entre nous sortent des écoles hôtelières à Glion et Lausanne, une personne spécialisée dans la finance, et une autre qui vient de terminer l’Haute École d’art et de design à Genève.»

Autofinancée, l’entreprise projette d’accroître sa productivité en investissant dans la mécanisation de sa production. «Nous produisons nos popcorns de manière artisanale. Le réinvestissement sera dirigé dans l’achat de machine de travail. Des machines qui nous permettraient une productivité plus grande. Et tout cela dans le but de développer la marque plus rapidement.»

La qualité du maïs est aussi un aspect important pour l’entreprise. Véritable fer de lance, le maïs soufflé à l’air chaud pour la fabrication des popcorns est 100% suisse et certifié sans OGM. Un point essentiel que la start-up veut mettre en avant «Il est tout à fait possible de faire un produit de haute-qualité avec des ingrédients locaux.»    

Be Popcorn se présente donc comme l’entreprise qui introduit le pop-corn gastronomique en Suisse. Autrefois simple snack pour le visionnage des films au cinéma, le produit semble cacher un important potentiel économique.n

Matteo Ianni

Devenez vous aussi un acteur de l’Agefi

Devenir un acteur de l'Agefi