«Le Conseil fédéral décidera à la fin du mois si la Suisse est capable d'organiser la COP31»

Le conseiller fédéral Ueli Maurer a ouvert le grand rendez-vous de la finance durable Building Bridges en compagnie de son président Patrick Odier.

Building Bridges
La durabilité est notre mission pour la prochaine génération, a souligné Ueli Maurer.

Le sommet de la finance durable Building Bridges a été officiellement lancé au CICG, à Genève, en présence du conseiller fédéral Ueli Maurer.

«Cette troisième édition se veut un événement phare et un catalyseur du changement. Aucun secteur ne peut y parvenir seul, nous avons tous un rôle à jouer dans cette transition», a souligné son président Patrick Odier devant la presse.

«La durabilité est notre mission pour la prochaine génération et Building Bridges est un excellent instrument pour atteindre cet objectif», a commenté Ueli Maurer. 

Le conseiller fédéral a saisi l'occasion pour donner quelques précisions sur l'organisation de la COP 31 en 2026 en Suisse.

Mark Henley/Building Bridges

25% des émissions de C02 générées par l'immobilier

Est-ce que la finance évolue-t-elle assez rapidement pour répondre aux impératifs climatiques ? C’était la question abordée dans le premier panel de la journée qui a débuté à 16h00. Les participants ont notamment évoqué les règles au sein du secteur immobilier, «qui génère 25% des émissions de C02», a fait remarquer Sabine Magri, COO d'UBS Suisse. 

Les intervenants ont relevé qu'il était compliqué de mesurer les efforts en faveur de la transition. «On a vraiment des difficultés par exemple à obtenir des certificats indiquant si une construction est verte ou non», a commenté Patricia Danzi, directrice générale de la Swiss Agency for Development and Cooperation (SDC). 

«En effet, chaque engagement doit être mesurable. S'il n'est pas mesurable, il n'est pas bon», a rétorqué Sergio P.Ermotti, président du Conseil d'administration de Swiss Re. «C'est la seule façon pour imposer une pression». 

Durant le panel, le CEO de l'opérateur de télécommunications Swisscom, Christoph Aeschlimann, s'est adressé à ses fournisseurs: «Ou vous allez à zéro émission nette, ou vous ne travaillerez plus avec nous». Il estime qu'une société comme la sienne peut agir en réduisant ses émissions mais aussi celles de ses fournisseurs.


«Nous avons besoin que le monde politique fasse sa part»

Philipp Hildebrand, l’actuel vice-président de BlackRock, premier gestionnaire d’actifs au monde avec près de 10.000 milliards de dollars sous gestion, clôture la première journée de conférences. 

«Nous avons un rôle majeur à jouer, mais nous ne pouvons pas régler le problème [du changement climatique]. Nous avons besoin que le monde politique fasse sa part. Ne nous considérez pas comme ceux qui vont forcer le changement. Mais nous pouvons être le catalyseur», souligne Philipp Hildebrand.

>> Suivez notre couverture de Building Bridges tout au long de la semaine ici

Commentaires

Marine Humbert