Abonnés

«La Suisse n'est plus dans le siège du pilote au niveau européen»  

Pour Alexandre Pauchard, du CSEM, le pays est non seulement en train de perdre son influence sur la recherche européenne, mais il est potentiellement sur le point de rater un tournant technologique. Entretien.

Martin Stollberg / Bosch
L'installation d'un gyroscope atomique dans le cadre de macQsimal. Entre 2018 et 2022, ce vaste projet de recherche sur les capteurs quantiques a été piloté par le CSEM. Le centre dirigeait un consortium de 14 partenaires académiques et industriels, dont Bosch. Il ne peut désormais plus mener de tels projets européens.
En janvier, cela fera deux ans qu'Alexandre Pauchard a pris les rênes du Centre suisse d'électronique et de microtechnique (CSEM). L'institution tournée vers les applications industrielles dénombre plus de 300 projets. Le directeur détaille comment les 560 collaborateurs de l'établissement sont touchés par la rétrogradation de la Suisse vis-à-vis de la recherche européenne. Et il avertit: les conséquences pourraient bientôt s'aggraver. Comment vos collaborateurs ont-ils vécu la rétrogradation...

Vous devez avoir un compte utilisateur pour lire cet article