Deux millions pour le biociment de MeduSoil

La solution naturelle de stabilisation des sols du spin-off de l’EPFL doit concurrencer l’utilisation du ciment ou de dérivés du pétrole.

L’équipe à la tête de l’entreprise active dans la construction et les travaux géo-environnementaux: Dimitrios Terzis, Maren Katterbach et Lyesse Laloui.

MeduSoil a attiré l’attention d’un consortium d’investisseurs suisses dont Schwartzkopff Partners, Realstone Holding et Veloxis. La start-up vaudoise a annoncé mardi avoir levé deux millions de francs pour accélérer sa croissance et assurer l’expansion de son marché.


Née en 2018 à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), à la suite de la thèse de l’un de ses fondateurs, l’entreprise d’Ecublens commercialise désormais son biociment. Bien plus respectueux de l’environnement que le béton, ce produit s’appuie sur une bactérie pour stabiliser les sols et diminuer les risques d’instabilité causés par les séismes, l’érosion et les glissements de terrain.

Commentaires

Sophie Marenne

Les articles suivants pourraient aussi vous intéresser