AgroSustain: la lutte contre le gaspillage alimentaire passe par les Etats-Unis et la Suisse

La start-up AgroSustain est à la recherche de trois millions de francs supplémentaires pour commercialiser sa poudre végétale qui prolonge la durée de vie des fruits et des légumes. Elle souhaite lancer sa solution aux Etats-Unis, en Russie et ensuite en Suisse.

Pour la CEO et le directeur de la technologie d’AgroSustain Olga et Sylvain Dubey, le prochain pas est la découverte d’un produit qui s’attaque aux insectes des fruits et des légumes. (AgroSustain)
Dans des boîtes transparentes, des champignons grisâtres. C’est l’ennemi à abattre pour AgroSustain. La start-up vaudoise développe une solution biologique qui ralentit l’apparition de moisissures sur les fruits et les légumes après leur récolte. Son produit, entièrement naturel puisqu’issu d’une variété de choux, se présente sous la forme d’une poudre blanche. Il permet d’augmenter la durée de vie de denrées alimentaires entre une semaine et quatre mois. L’équipe d’une dizaine de collaborat...

Vous devez avoir un compte utilisateur pour lire cet article

Dans des boîtes transparentes, des champignons grisâtres. C’est l’ennemi à abattre pour AgroSustain. La start-up vaudoise développe une solution biologique qui ralentit l’apparition de moisissures sur les fruits et les légumes après leur récolte. Son produit, entièrement naturel puisqu’issu d’une variété de choux, se présente sous la forme d’une poudre blanche. Il permet d’augmenter la durée de vie de denrées alimentaires entre une semaine et quatre mois. L’équipe d’une dizaine de collaborateurs compte commercialiser le fruit de ses recherches en 2022. Pour ce faire, elle est à la recherche de trois millions de francs supplémentaires. Cette levée de fonds de série A vise également à augmenter son effectif. Entre 2018 et 2019, la jeune pousse a déjà reçu trois millions d’investisseurs suisses et américains ainsi que de bourses du canton de Vaud et de la Confédération.

Procédure d’enregistrement laborieuse

AgroSustain est actuellement en phase de certification dans les laboratoires agréés. «Ce processus d’enregistrement prend beaucoup de temps», déclare son responsable de la technologie, Sylvain Dubey. Et d’ajouter: «Nous ne pouvons pas accéder à tous les marchés en même temps car les lois diffèrent d’un pays à l’autre». La société souhaite d’abord implanter sa solution aux Etats-Unis et en Russie. «Il s’agit d’endroits qui possèdent des facilitations au niveau des autorisations de mises sur le marché», précise Sylvain Dubey. L’épouse de Sylvain Dubey, Olga Dubey, qui est la CEO de l’entreprise est aussi d’origine russe. «Nous avons le marché suisse et européen en ligne de mire à l’horizon 2023 voire 2024», complète-t-elle.

Sur les champs

Le produit d’AgroSustain peut être pulvérisé sur les fruits et les légumes après la cueillette mais il fonctionne aussi en amont sur les champs.  «C’est un deuxième développement possible pour nous», signale la directrice générale. En pleine terre, il y a toutefois plus de recherches à effectuer qu’après la récolte car il faut procéder à des analyses sur les sols. De façon générale, il existe très peu de recherches en Suisse sur les fongicides. La start-up est capable de s’attaquer à une septantaine de champignons. «Nous pouvons tuer des assaillants aussi bien spécifiques à un fruit ou à un légume que généralistes, soit ceux qui sont présents sur différents aliments», explique Sylvain Dubey. La jeune pousse a commencé à travailler sur des baies, une denrée très vite périssable. Elle effectue désormais des tests et des essais pilotes pour voir sur quels fruits et quels légumes son produit fonctionne le mieux.

S’attaquer aux insectes ravageurs

Principale cause de maladie chez les plantes, les champignons provoquent, chaque année, dans le monde des pertes agricoles estimées à plus de 200 milliards de francs. Les Nations Unies chiffrent à 30 milliards annuellement les pertes après cueillette. «Sur les fraises par exemple, il y a jusqu’à 50% de pertes avant la récolte. Au final, parfois seules 20% des fraises qui sortent de terre sont consommées. A contrario, les bananes connaissent moins de dégradations. Mais il s’agit d’un marché énorme à l’échelle planétaire», illustre le responsable de la technologie. «Ne pas avoir de pesticides sur les fruits et les légumes: c’est une question environnementale et de santé publique mais aussi financière pour les producteurs», souligne Olga Dubey. Appliquer une grande quantité de pesticides s’avère en effet coûteux.  L’entreprise souhaite désormais développer un nouveau dispositif pour lutter contre les insectes ravageurs de récoltes. «Dans le futur, nous voulons étendre notre gamme de produits», ajoute la trentenaire. Créée en 2017, AgroSustain a été fondée par Olga et Sylvain Dubey. L’aventure a débuté avec la thèse en biologie d’Olga Dubey à l’Université de Lausanne. Durant ses recherches, la jeune femme tombe sur une plante aux vertus fongicides. Bien employée, une des molécules qu’elle contient peut éviter le pourrissement des pommes. L’entrepreneure perçoit immédiatement le potentiel d’une telle découverte. Elle décide de breveter sa trouvaille et d’en faire son nouveau sujet de thèse.

Maude Bonvin