Abonnés
Article éditorial

Les erreurs de la «loi Netflix»

Les partisans soutiennent des distorsions de concurrence indéfendables. Il y a pourtant bien un problème avec les plateformes de streaming.

Keystone
«Contrairement à la SSR, les Netflix, Prime Video (Amazon) et autres Disney+ ne reçoivent pas un centime de la redevance.»
Equité et incitation. Tels sont les maîtres mots des partisans de la modification de la loi sur le cinéma.La fameuse «loi Netflix» ambitionne en effet de rétablir l’égalité de traitement entre les chaînes de télévision nationales et les plateformes de streaming. Aujourd’hui, les premières doivent contribuer à la diffusion du cinéma suisse, les secondes non. Est-ce pour autant inéquitable? Contrairement à la SSR, les Netflix, Prime Video (Amazon) et autres Disney+ ne reçoivent pas un centime d...

Vous devez avoir un compte utilisateur pour lire cet article