Abonnés
Article éditorial

Les atouts de la Suisse pour gérer les fortunes limitrophes

La Confédération dispose de peu d'influence pour permettre aux gestionnaires de fortune de s’occuper des avoirs des Italiens et des Français. Une fenêtre d’opportunité à ne pas manquer s’ouvre toutefois.

Keystone
Gérer la fortune des Italiens et des Français depuis la Suisse dépend du bon vouloir de leur gouvernement. C’est en substance la réponse du Conseil fédéral à l’ancien conseiller national, Giovanni Merlini. L’élu PLR d’alors sous la Coupole questionnait la marge de manœuvre de la Confédération à ce propos. «Les mesures que la Suisse peut envisager sont très limitées», reconnaît le Département fédéral des finances dans un rapport publié mercredi. Discussions bilatéralesUne entente entre la...

Vous devez avoir un compte utilisateur pour lire cet article