Abonnés
Article éditorial

A la Bourse suisse, une révolution chinoise non sans risque

ÉDITORIAL. Le pont entre Shanghai, Shenzhen et Zurich fonctionne. Pour l'instant dans un seul sens.

Keystone
L’accès à l’immense marché chinois se paie à un prix toujours plus élevé. En témoigne l’initiative inédite prise la semaine dernière par HSBC de permettre la création d’un comité du parti communiste en son sein.«
Une petite révolution secoue la Bourse suisse cette semaine. Quatre sociétés chinoises y font leur premier pas. Les investisseurs peuvent désormais acquérir un certificat de dépôt de, par exemple, Gotion High-Tech, un fabricant de batteries qui compte Volkswagen parmi ses actionnaires.Ces titres, appelés GDR, correspondent aux actions d’entreprises chinoises cotées à Shanghai ou Shenzhen. Leur échange à Zurich est possible grâce à l’activation du «Stock connect», un pont boursier entre la Sui...

Vous devez avoir un compte utilisateur pour lire cet article