Une quatrième vague supérieure à la précédente pas exclue

Lors d'une conférence de presse, mardi, Samia Hurst, vice-présidente de la Task Force scientifique de la Confédération a fait part de ses inquiétudes quant à l'évolution de la pandémie.

Keystone
Samia Hurst, durant une conférence de presse, mardi 20 juillet: "On assiste à un virage dans les tendances, de rassurante, la situation est devenue préoccupante"

On assiste à une nouvelle croissance exponentielle rapide des infections au coronavirus en Suisse, a indiqué mardi devant la presse Samia Hurst, vice-présidente de la Task Force scientifique de la Confédération. Une quatrième vague d'ampleur supérieure à celle de l'automne dernier n'est pas exclue, a-t-elle averti.

Il est risqué de fonder les décisions uniquement sur l'évolution des hospitalisations. Des mesures prises au moment où les hôpitaux montrent les signes d'une possible surcharge arriveraient trop tard, a ajouté la spécialiste. "Le réservoir de personnes non immunisées en Suisse est inquiétant", selon elle.


Le réservoir de personnes non immunisées en Suisse est inquiétant
Samia Hurst, vice-présidente de la Task Force scientifique de la Confédération

"Actuellement, il reste en Suisse dans chaque groupe d'âge au moins autant de personnes non immunisées qu'il y a eu d'infections jusqu'à présent dans ce groupe d'âge", note la bioéthicienne. En ce moment, ce sont surtout les jeunes qui s'infectent, mais lors des vagues précédentes, la propagation chez les personnes plus âgées a suivi.

Samia Hurst a également relevé que le certificat Covid exigé pour les manifestations n'est pas une garantie absolue. Les tests ne sont pas fiables à 100% et le risque qu'une personne contaminée et non détectée provoque un évènement épidémique majeur existe.

La vaccination doit encore progresser, spécialement chez les 20% de personnes âgées pas encore immunisées, a insisté la professeure de l'Université de Genève. Elle a rappelé qu'il faut six semaines pour que les vaccins produisent leurs effets protecteurs, attendre la rentrée et une situation potentiellement critique pour se faire vacciner n'est donc pas une bonne idée.

"On assiste à un virage dans les tendances, de rassurante, la situation est devenue préoccupante", a conclu Mme Hurst, soulignant que se faire vacciner est bénéfique pour toutes les tranches d'âge, notamment au regard du Covid long. (awp)

Commentaires